Aircover et annonces airbnb : décryptage

⭐ Aircover et annonces airbnb : décryptage. Cette semaine Airbnb a dévoilé la mise en place de plusieurs nouveaux dispositifs. Si vous avez raté ça je vous partage une synthèse de ce qu’il faut savoir et de ce que ça change pour vous. Nous avons allons aussi décrypter le sens de ces annonces dans la stratégie AIRBNB.

💯Recevez par email le livre gratuit (les 6 erreurs qui vous font perdre de l’argent) en rejoignant mon groupe privé sur facebook 💯 https://bit.ly/2KRS5WK

(n’oubliez pas d’indiquer votre email pour recevoir le bonus)

⚠️ Abonnez-vous à cette chaine et 🔔 cliquez sur la cloche 🔔 pour ne plus vous dire : “c’était quoi déjà la chaine qui donnait des bonnes idées sur les prix ?” https://bit.ly/2OLq0lx

Autoriser l’affichage de votre nom sur streamyard pour laisser un commentaire : https://streamyard.com/facebook

#jaffichecomplet #loueursaisonnier #revenuemanagement #pricing #airbnb #booking #prix #immobilier #locationsaisonniere #airdna #gite #maisondhotes #rentabilite #eliseripoche #souslocation #conciergerie

Bonjour et bienvenue sur la chaîne J’affiche Complet, la chaîne qui aide les loueurs saisonniers, les gestionnaires de patrimoine, et les sous-loueurs professionnels à augmenter leur chiffre d’affaires et à devenir des entrepreneurs sereins et ultra-rentables.

Aujourd’hui, vous l’avez probablement vu, on va parler des annonces d’Airbnb. Il y a eu beaucoup d’annonces : on parle de Aircover, on parle de beaucoup de changements chez Airbnb, donc j’ai voulu faire cette vidéo avec vous pour deux choses, deux intérêts. La première, c’est si jamais vous étiez dans une grotte, cette semaine, je vous fais une synthèse, ça va être plus simple pour vous. J’ai synthétisé les points qui me semblaient majeurs et impactant pour une activité de location saisonnière. Donc, on va pouvoir en parler ensemble. Et puis surtout, je ne voulais pas m’arrêter là, parce que ce que je trouve vraiment très intéressant dans ces annonces sur Airbnb, c’est que « ça trahit » beaucoup d’aspects de la stratégie Airbnb. Ça trahit un certain nombre de tendances de la location saisonnière qu’ils anticipent pour 2022, et c’est ça aussi que je voulais partager avec vous : faire un réel décryptage, de se dire : « OK, à la lumière de ce qui est mis en place, à la lumière de ce qu’on sait de la stratégie Airbnb, qu’est-ce qu’on peut en déduire, et pourquoi est-ce que c’est intéressant ? » Voilà. Donc, j’ai trouvé ça vraiment passionnant à creuser. J’ai réuni tous ces éléments-là pour vous, donc je suis hyper contente de vous les partager. 

Quand vous arrivez avec moi, n’hésitez pas à saluer. C’est toujours un plaisir d’être ensemble, et de pouvoir discuter, répondre à vos questions. Je sais qu’aujourd’hui, c’est un jour férié. Peut-être qu’un certain nombre d’entre vous sont en famille, ou en train de se promener dans la forêt pour profiter du jour férié, et vous avez bien raison. Quoi qu’il en soit, vous savez que les vidéos peuvent toujours être revues, soit sur la chaîne YouTube, en vous abonnant à la chaîne avec la petite cloche, soit sur notre groupe Facebook. Si vous voulez le rejoindre, vous avez toujours le lien en dessous, en description. Ce lien, aussi, pour recevoir les six erreurs à ne pas faire quand vous déterminez vos prix de vente à l’inscription au groupe. Quand vous cliquez, vous recevez ce bonus gratuit par e-mail, et vous participez à notre groupe de personnes qui souhaitent devenir des entrepreneurs sereins et ultra-rentables. 

Bienvenue à ceux qui m’ont déjà rejoint. 

–       Bonjour à toi.

Malheureusement, depuis Facebook je ne vois pas vos prénoms, c’est nul. Il y a un petit lien sur lequel cliquer, j’ai mis ça dans les commentaires de la vidéo, pour en fait, autoriser l’affichage de votre nom. Mais sinon, n’hésitez pas à écrire votre prénom à la suite de votre message. 

–       En tout cas, bienvenue à toi.

–       Bienvenue, Marie-Claire : « Salut, Élise. Marie-Claire des gîtes. Un jardin dans la falaise dans le Lot. » Bienvenue à toi, Marie-Claire.

–       Bienvenue, Romain. Bienvenue.

–       Bonjour, bienvenue à toi. ALEFAMUSIC, je ne me souviens plus de ton prénom, mais je veux bien que tu me rafraîchisses la mémoire. 

–       C’est Amélie, sur Facebook. Bienvenue, Amélie.

On a aussi pas mal de monde avec nous sur Instagram. 

–       Bonjour à tous, bienvenue. 

–       On a Abdou qui se joint à nous. Bonjour à toi. 

–       On a Alan. Bonjour, Alan, bienvenue. 

–       On a Jean-Daniel : « Salut Élise. » 

–       « Très agréablement surprise de voir que tu fais une vidéo aujourd’hui aussi, merci. » 

Bah oui, bien sûr que je suis toujours là, avec vous. Moi, pour ne rien vous cacher, je vais travailler aujourd’hui. C’est un peu la vie d’entrepreneur. Aujourd’hui, je travaille, et je suis contente de faire cette vidéo. Mais voyez, comme l’activité aujourd’hui est un peu plus légère, j’ai moins de réunions. C’est pour ça que j’ai pu en profiter pour faire cette vidéo qui est un peu plus documentée que ce que je fais d’habitude, qui est vraiment un décryptage que je trouvais hyper intéressant à faire. Donc, voyez, je profite de l’occasion, je profite du jour férié pour vous faire cette vidéo de décryptage. 

De quoi on parle sur ces annonces Airbnb ? En gros, qu’est-ce qui s’est passé ? Airbnb a fait une annonce début novembre pour indiquer 50 nouvelles fonctionnalités, donc c’est un truc un peu énorme. Il y a une quenotte sur ça avec la mise en lumière de certaines fonctionnalités. Attendez, excusez-moi, je vais juste réduire mes notes, parce qu’avec Instagram, je ne vois plus mes notes. J’aurais dû préparer ça avant, mais je vous demande juste une seconde. Voilà. Comme ça, je vois quand même mes notes. Donc en fait, ce que nous dit Airbnb, c’est qu’il y a de nouvelles tendances du voyage qui sont en train d’avoir lieu à cause de la pandémie, ou grâce à la pandémie. Et Airbnb nous dit : « Ce n’est pas temporaire, ça va transformer notre façon de voyager, ça va transformer la façon de vouloir réserver des voyages. » C’est sûr qu’Airbnb a intérêt à nous dire ça, parce que Airbnb, vous allez voir, on en parle après, est un des acteurs, qui est très unique en son genre, et qui veut vraiment montrer partout qu’il est l’acteur du voyage de demain, et qu’il est un des piliers de la façon de se déplacer pour le Nouveau Monde qui nous attend après la pandémie. Alors, il y a plusieurs focus dans ça, et qui trahissent aussi la stratégie. 

Il y a un focus important qui est donné sur la flexibilité, sur le fait qu’on va avoir une forme de ce que les Anglais appellent le revenge trip. Donc, c’est le fait qu’on ait un rebond des voyages en sortie de pandémie, parce que tout le monde en a marre de rester enfermé, et les gens ont envie de profiter au maximum des voyages. Il y a aussi un point qui est important, c’est la notion de fusion des lieux de vie. En fait, Airbnb nous explique qu’avant, on avait — je ne sais pas si vous m’entendez. Excusez-moi. Je pense que vous allez m’entendre bien mieux. 

–       Bonjour Fabrice, bienvenue à toi dans le live. 

Donc pour revenir à ce que je disais, il y a une fusion des lieux de vie. En fait, ce que nous explique Airbnb, c’est qu’avant, on avait un lieu pour aller travailler, on avait un lieu pour vivre, et on avait un lieu pour voyager. Demain, c’est déjà un peu le cas aujourd’hui, mais il dit que demain, ça va continuer de cette façon-là : on n’aura plus cette scission entre les lieux. Maintenant, on est habitué à travailler depuis la maison, et il y a de vraies tendances qui consistent à voyager en « télétravaillant ». Par exemple, une famille qui, pendant les vacances scolaires, va prendre l’ordinateur, se déplacer dans une maison, dans un lieu sympa à l’extérieur, et va permettre aux enfants, du coup, de changer de cadre, tout en « télétravaillant » depuis ce lieu de vacances. Donc là, sur cet exemple-là, on voit bien qu’en effet, il y a comme une fusion des lieux de vie, de divertissement, de voyage et de travail. Et pour eux, ça, c’est une tendance structurelle qui va continuer demain, et sur lequel ils ont une carte à jouer qui est majeure. 

Il y a aussi la durée de séjour. Les durées de séjour vont être beaucoup plus longues. Elles le sont déjà, d’après eux, et elles vont continuer à être beaucoup plus longues. En fait, en synthèse, ils nous disent qu’on ne voyage plus avec Airbnb. Maintenant, on va vivre avec Airbnb. Donc, c’est là où on voit bien le changement d’orientation. Ils veulent épouser, entre guillemets, cette évolution sociétale, on peut dire, qui fait que maintenant, on a beaucoup plus eu l’habitude de fusionner ces trois lieux de vie, et d’avoir une flexibilité toute neuve, qui, du coup, ouvre l’univers des possibles, énorme. Et c’est assez intéressant de voir toutes les fonctionnalités. Je ne vous ai pas fait un détail des 50 fonctionnalités, parce que je pense que vous avez peut-être autre chose, dans votre journée, à faire, que de regarder une vidéo de J’affiche Complet. Donc j’ai fait une synthèse, et puis surtout, je vous ai mis les fonctionnalités les plus intéressantes. Mais en tout cas, sur les fonctionnalités majeures, on voit qu’elles correspondent toutes à ses piliers stratégiques, en fait, pour répondre à ce que va être, selon Airbnb, le voyage de demain. 

Le premier point, qui est à mon sens l’un de ses piliers, c’est le fait qu’ils considèrent qu’ils ne sont plus un business de réservation de voyages, mais un business d’inspiration de voyage. Ils avaient lancé, je ne sais pas si vous vous souvenez, ils avaient lancé, en début d’année, une fonctionnalité « je suis flexible », qui permettait aux voyageurs de regarder ce qui est disponible, sans avoir de date précise pour son séjour. Ils disent que cette fonctionnalité a été énormément utilisée sur la plateforme. De ce que j’ai lu, pour eux, il y a plus de 40 % des gens qui viennent sur le site Airbnb, sans être extrêmement précis sur la localisation qu’ils souhaitent, et sans non plus être extrêmement figés sur les dates qu’ils souhaitent. Ce qui veut dire qu’en effet, il y a un champ, un univers des possibles énorme pour venir inspirer l’utilisateur sur le meilleur moment, et sur le meilleur endroit. Donc pour eux, ça, c’est un changement majeur qu’il va falloir accompagner, soutenir, de comportements de réservations des voyageurs, et pour ça, c’est là qu’ils font une emphase encore plus importante sur cette option-là de « je suis flexible », qui va devenir « je suis encore plus flexible » (I am even more flexible). Vous avez dû le voir si vous vous êtes renseigné un peu sur tout ça. Et en fait, cette fonctionnalité-là, elle va permettre aux voyageurs de ne quasiment rien savoir, ni sur des dates précises de réservation ni sur des lieux précis, ou des typologies de logements précis. Du coup, avec ça, il y a de nouvelles catégories qui sont créées : des catégories qui ont vocation à créer l’inspiration. On a par exemple le ski, qui est une nouvelle catégorie. Ils ont une catégorie qu’ils ont appelée à l’écart. C’est moi qui l’ai traduit comme ça. J’ai cherché la traduction, je vous rassure, je pourrais être sûre de ce que je vous dis. Mais ça signifie à l’écart, donc c’est pour vraiment trouver des logements qui sont reculés, avec une vraie tranquillité. Il y a une catégorie luxe. Airbnb traitait déjà le luxe, mais maintenant, ils en font une catégorie dans le site de réservation. Et il y a une catégorie décalée. Donc, sur la vidéo qu’on voit, sur la page d’accueil d’Airbnb, on voit qu’ils nous montrent la possibilité de réserver un logement pomme de terre. C’est vraiment une patate dans laquelle on peut rentrer, et il y a un petit logement, en effet, à l’intérieur. Donc ça, ça va venir inspirer le voyageur, et nourrir son envie de flexibilité, son envie de « tout est possible », en fait. 

L’autre point, aussi, sur cette partie flexibilité, c’est la possibilité de faire des réservations sur une année, donc vraiment extrêmement long terme. Pour ne rien vous cacher, moi, je pensais que c’était déjà possible sur Airbnb. Je suis un peu tombée des nues. C’est vrai que j’ai rarement fait le test, mais je pensais déjà que c’était possible. A priori, ça ne l’était pas, puisqu’ils le présentent comme une fonctionnalité. On va pouvoir vraiment être flexible sur un an à venir, et répondre à ce pilier stratégique sur les comportements de réservations, et des comportements des voyageurs de demain. Ça, c’est le premier pilier que j’ai identifié. 

Le deuxième pilier, qui est assez intéressant, que j’ai identifié, c’est qu’ils ont cette optique de devenir vraiment universel, et d’anticiper le revenge travel, d’anticiper cette vague de personnes, qui, de tous horizons, vont vouloir voyager, et vouloir enfin respirer un bon bol d’air frais après cette période de pandémie hyper anxiogène, et qui nous a tous forcés à rester chez nous. Sur ça, il y a deux fonctionnalités qui sont intéressantes. C’est la fonctionnalité de traduction. En plus, c’est marrant, parce qu’ils prennent, dans la vidéo, un exemple français où ils mettent la vidéo la maison les pieds dans l’eau, et en fait, ça traduit en anglais textos : les pieds dans l’eau. Sauf qu’en fait, pour un anglais, ça ne veut rien dire, une maison les pieds dans l’eau. À la limite, ça fait flipper, c’est tout. Donc ils montrent la bonne traduction qui est : en front de mer. Parce qu’en anglais, on traduirait plus par en front de mer. Donc voilà : avoir quelque chose qui soit internationalement consistant, même si nous, on n’a pas à traduire nos annonces, mais que le système de traduction automatique permet d’avoir quelque chose de solide pour les voyageurs. 

Et puis, l’autre point qui est assez innovant, et qui est même un peu militant, et en ça, je salue la démarche d’Airbnb à ce propos, parce que je trouve que c’est très important d’être inclusif, aujourd’hui, dans la société, clairement il faut se le dire : donc c’est la gestion de l’accessibilité de nos logements pour toutes les personnes en situation de handicap, avec un ensemble de fonctionnalités qui accompagnent l’accessibilité des appartements, ou des maisons, qui sont maintenant cochables sur le site, et qui seront aussi vérifiées, ça, c’est évidemment capital, qui seront vérifiées, pour s’assurer que c’est effectivement réellement accessible dans les faits si on se présente par exemple avec un fauteuil roulant. Donc ça, c’est le côté : être vraiment universel, et anticiper ce revenge travel qui risque d’arriver post-pandémie. Donc ça, c’est le deuxième pilier stratégique. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  NOUVEAU : Sytème de règles dans AIRBNB comment l'utiliser

Le troisième pilier stratégique, qui est vraiment intéressant, c’est qu’Airbnb pense que demain, les appartements vont accueillir un besoin business, un besoin affaires. C’est vrai qu’historiquement, on avait plus des acteurs comme booking, comme expédia, qui venaient, en fait, traiter cette demande affaires. Donc, soit de pouvoir se réunir ensemble dans un lieu pour pouvoir travailler, soit de faire vraiment des journées de team building. Donc voilà, on est ensemble, on partage un bon moment. Dans la stratégie d’Airbnb, et dans la vision qu’a la société sur le voyage de demain, ils pensent que de plus en plus de sociétés vont faire le télétravail, et donc, ne seront plus ensemble au quotidien. Ça, c’est une vision qui me parle beaucoup, parce que pour ne rien vous cacher, chez J’affiche Complet, on est tous en télétravail, donc c’est vrai que c’est un peu ce qu’on vit. Et en effet, on a des moments où on va se retrouver tous ensemble. On a fait ça cet été, par exemple. On se retrouve tous ensemble pour partager un temps ensemble, traiter des sujets, manger dans un bon resto, et passer du temps ensemble. Et dans ces cas-là, c’est vrai que les entreprises pourraient avoir besoin de logements Airbnb. En tout cas, c’est ce que pense Airbnb, qu’ils vont demain, avoir à accueillir ce genre d’événement : permettre aux gens de se retrouver pour travailler, ou pour des moments de team building. Et pour ça, c’est sûr qu’il y a des choses à professionnaliser dans l’offre, et dans ce qui est mis en place, aujourd’hui, sur Airbnb. Le premier point que je trouve intéressant, et franchement, c’est vrai que c’est une bonne idée, c’est traiter le sujet de la qualité du wifi, qui est assez disparate selon les logements. Et donc là, qu’est-ce qu’ils nous proposent ? Ils nous proposent, en fait, une fonctionnalité, avec laquelle, nous, en tant qu’hôtes, on va pouvoir tester directement le débit de notre wifi, et ça va se mettre sur notre annonce. Je pense que ça va réaliser une certaine pression sur le choix de notre opérateur, parce que c’est clair qu’on sait qu’il y a des opérateurs qui sont plus ou moins performants. Il est possible que cela ait un impact sur l’orientation des hôtes sur certains opérateurs plutôt que sur d’autres. Mais en tout cas, je trouve que c’est très malin de pouvoir présenter la qualité du wifi qu’on a dans notre appartement, dans notre maison, en amont, aux voyageurs. Et c’est vrai que ça réduit fortement un certain nombre de frictions par rapport à ce sujet-là. Si d’ailleurs on a un wifi de mauvaise qualité et qu’on ne peut pas faire autrement, au moins, c’est annoncé sur l’annonce, et les voyageurs ne pourront pas exprimer de l’insatisfaction par rapport à ça, parce que ça aura été indiqué en amont, ce qui évite aussi d’avoir de mauvaises notes par rapport à ça. Ce n’est pas la garantie absolue, mais quand même, on innove pour aménager une tranquillité, tant pour les hôtes que pour les voyageurs. Je trouve ça très intelligent. 

Sur la partie « se professionnaliser pour accueillir cette clientèle affaires », il y a aussi un certain nombre de petites actions qui sont moins valorisées dans ce qu’on peut lire sur internet, mais que je trouve intéressantes, donc je vais vous en parler en trois mots chronos. C’est la mise à jour du système de notation, et aussi la réception d’un livret d’accueil pour les voyageurs, qui est plus étoffé, avec notamment, d’ores et déjà les codes wifi, etc. Le fait d’avoir un système de réponse plus rapide pour les hôtes : ça, je pense que vous serez tous d’accord avec moi pour le dire, mais alléluia si vraiment, ça a lieu dans les faits. Ce sera vraiment très chouette d’avoir une qualité de service beaucoup plus pointue que ce qu’on peut avoir aujourd’hui quand on est hôte. C’est vrai que jusqu’à présent, il faut admettre que booking était très fort sur ce point-là. Si Airbnb vient à rattraper un peu le retard, ça pourrait être extrêmement positif pour des hôtes comme nous, qui sont des professionnels du métier, et qui ont besoin d’avoir un support pro pour faire correctement notre travail. Ils disent même que les hôtes les plus expérimentés, donc j’imagine les super hôtes, auront accès à des agents parmi les plus expérimentés de leurs équipes. Donc ça, c’est aussi très intéressant. À voir comment c’est mis en place, à voir si dans les faits, on voit réellement cet impact positif, mais je trouve que la démarche va dans le sens, en effet, de rattraper du retard sur ce point-là, sur lequel Airbnb était un peu en retrait. 

Et puis, il y a un quatrième pilier, et là, on traite aussi de la concurrence. Il y a un quatrième pilier qui est intéressant, sur le fait que Airbnb, je trouve, veut un peu éliminer la concurrence avec ses dernières actions qui sont mises en place, et montrer qu’il est l’expert ultime de la courte durée. Ce qu’il faut savoir pour vous planter le décor sur ça, c’est qu’expédia et booking ont aujourd’hui beaucoup plus souffert de la pandémie qu’Airbnb. Et pourtant, ce sont des sociétés qui restent les piliers de ce qu’on appelle en anglais les ÔTA, donc les « Online Travel Agency », c’est-à-dire les agents des voyages en ligne. C’est, en fait, tout le marché de ces sites en ligne pour réserver des voyages. Historiquement, c’est un marché très hôtelier avec des acteurs comme booking ou expédia qui maîtrise totalement le marché. Airbnb est venu un peu comme un challenger. Il s’adressait plus au marché de la location saisonnière, et à ce titre, Airbnb veut montrer qu’il est maintenant un acteur incontournable. Airbnb, je ne sais pas si vous le saviez, mais il a plus d’annonces que les tops 5 chaînes hôtelières mondiales. Airbnb a plus d’annonces dans le monde que les tops 5 chaînes hôtelières mondiales. Donc c’est sûr que pour ça, c’est un pilier mondial. Maintenant, en termes de chiffre d’affaires, booking et expédia ont encore de grosses parts de marché, mais je pense que le message que Airbnb, et vous allez voir l’action dont je parle, le message que Airbnb veut passer, je caricature, évidemment, mais l’hôtellerie, c’est un peu la façon de voyager d’avant, de l’Ancien Monde. Le Nouveau Monde, c’est de faire un voyage qui soit de vivre dans un nouveau lieu, parce qu’on va potentiellement y travailler. Ça va être comme notre nouvelle maison, mais on est en train de voyager, et l’acteur numéro 1 qui sait cette nouvelle façon de voyager, c’est nous, c’est Airbnb. Et je pense que c’est vraiment le message fort qu’ils veulent adresser sur ce dernier pilier. Et du coup, pour faire ça, qu’est-ce qu’ils ont fait ? Moi je trouve ça hyper malin, c’est qu’ils ont appuyé très fort sur un point qui était déjà leurs forces, qui était le fait de gérer les cautions, et d’avoir une assurance, une garantie hôte. Ils ont appuyé encore plus fort sur ce point pour les démarquer encore plus de ce que fait booking, qui n’a pas ce genre de dispositif. Donc, je trouve que l’action stratégique est assez maligne. 

Maintenant, on va en parler, c’est le fameux Aircover, qui est, du coup, leur nouvelle version de l’assurance hôte et de la garantie hôte. Moi, je trouve cette action stratégique très maligne. Après, est-ce que ça va fondamentalement changer notre vie en tant qu’hôte ? Difficile à dire, évidemment, à ce stade. Moi, je vais vous partager concrètement qu’est-ce que ça change dans les petites lignes sur la partie assurance hôte et garanties hôte. Parce qu’évidemment, on en avait déjà une avant. C’est-à-dire que ce n’est pas un truc qui n’existait pas du tout, et qui, du coup, arrive maintenant. On en avait déjà une avant. Maintenant, ils ont, on va dire, enfoncé le clou sur ça. Moi, je pense que c’est justement pour distancer leurs concurrents sur cet aspect-là, et montrer à quel point Airbnb est un pilier de la location saisonnière, en prenant en charge tous ces aspects inhérents à la location saisonnière, c’est-à-dire la casse potentielle, les problèmes de fait, les problèmes d’animaux, etc. Pour moi, c’est intéressant à analyser de cette façon-là. 

Mais du coup, concrètement, qu’est-ce que ça change pour nous, en tant qu’hôte, cet aspect Aircover ? Il y a toujours eu une partie assurance hôte et garantie hôte. Pour ne rien vous cacher, moi, je me suis bien documenté, parce que n’étant pas assureur de métier, je n’étais même pas sûre de savoir bien faire la différence entre les deux. Donc si jamais vous étiez comme moi, assurance hôte, ça couvrirait, en fait, les dommages qu’on peut causer aux locataires, c’est-à-dire que si le locataire devait se blesser ou avoir un problème sur un de ses produits pendant le voyage, c’est comme une assurance responsabilité civile. La garantie hôte, c’est si nous-mêmes, nous avons un préjudice. Si nous avons un préjudice dans notre logement, parce que quelque chose a été cassé à ce moment-là. Et si c’est causé par le locataire, à ce moment-là, ça va venir nous dédommager du problème, et de l’impact financier subi. 

Qu’est-ce qui change sur la partie garantie dommage pour l’hôte ? Dans ce cas-là, si le voyageur endommage quelque chose dans notre logement, la grosse différence, pour moi, qui est la plus stratégique, c’est qu’Airbnb évoque le fait qu’ils vont nous aider à compenser la perte de revenus. Je vous donne un exemple concret. Si on a un voyageur qui utilise à mauvais escient la salle de bains, qui bouche les toilettes, et qu’on a, du coup, un appartement qui n’est plus louable, qui est dysfonctionnel jusqu’à ce que les réparations soient faites, ce que dit Airbnb, c’est qu’ils vont nous aider à compenser la perte de revenus. Un autre point qui est important, c’est qu’on pourra avoir une prise en charge de ménage intensif nécessaire suite à un préjudice causé par le voyageur. Ça, ça peut être intéressant. Il y a pas mal de personnes qui évoquent les sujets liés à la cigarette, et tout ça, donc ça, c’est vrai que c’est intéressant. Un autre point important, c’est pour les animaux de compagnie. S’il y a des dommages qui sont causés par les animaux de compagnie, donc ce n’est pas le voyageur en lui-même, mais c’est son animal de compagnie, ce sera aussi pris en charge. Donc ça, c’est aussi assez stratégique, parce que comme Airbnb devient, on le disait juste avant, ce n’est plus un lieu de voyage, mais un lieu de vie, du coup, comme c’est un lieu de vie, ça veut dire que ça va être un lieu sur lequel on va plus avoir envie d’avoir des animaux de compagnie de venir en famille, avec la notion élargie de la famille, et dans ces cas-là, prendre en charge les problèmes qui peuvent être causés par les animaux de compagnie vont permettre de rassurer les hôtes pour les accueillir, et donc, de répondre à l’envie des voyageurs, de venir avec leur chien ou leur chat. Ça doit être principalement des chiens quand même. 

Et puis dernier point sur la différence pour la partie garantie, et ça, c’est ce que j’ai préféré, c’est le fait qu’on n’ait plus besoin de revenir vers eux avant que le prochain voyageur soit arrivé. Ça, c’était quand même, à mon sens, assez irréaliste de se dire, et d’ailleurs on avait été pénalisé par ça avec mon mari, on s’était fait voler une tablette Apple, et ne s’en était pas rendu compte tout de suite, parce qu’on était dans le départ, le ménage, accueillir la nouvelle personne, et tout. C’est le soir, et même le lendemain qu’on s’est dit : « Tiens, mais elle est où la tablette ? » Et puis sur le coup, on réfléchit, on se dit qu’on va la retrouver, elle est peut-être là. Sauf que deux jours après, quand on appelait Airbnb, on dit qu’on s’est fait voler la tablette, on sait quel voyageur c’est, et on pense que c’est précisément à tel moment qu’il a volé la tablette, c’était foutu. Donc là, le fait d’avoir quatorze jours pour faire sa demande, c’est quand même beaucoup plus réaliste pour des hôtes comme nous, qui sommes des professionnels, et qui, du coup, avons quand même un agenda hyper chargé, et pas, de façon réaliste, être attaqués comme ça avant l’arrivée du prochain voyageur. 

Donc ça, c’est les différences qu’on aura, qu’ils nous promettent, en tout cas, sur la partie garantie dommages des hôtes. On a aussi cette partie responsabilité civile. Donc là, c’est vraiment si notre voyageur se blesse, ou il a un de ses propres objets qui va être cassé. Sur ça, il n’y a pas de différence majeure. La seule différence qu’on peut mentionner, qui est mise en valeur, c’est que maintenant, on a aussi, sur cette partie responsabilité civile, la prise en charge d’un dommage qu’on aurait pu causer à un tiers. Donc ça, c’est assez intéressant aussi. Un dommage causé à un tiers, soit par vous, soit par un voyageur de façon à ce que ce soit pris en charge. Maintenant, le reste ne va pas vraiment changer sur cette partie assurance responsabilité civile. Donc voilà pour les différences que vous aurez sous la garantie et l’assurance en tant qu’hôte, demain, avec la mise en place de ces nouvelles dispositions Airbnb. Petit rappel que vous avez très certainement, je n’en ai aucun doute, en tête, mais peut-être pour les plus débutants d’entre nous, malgré ces assurances-là, il faut toujours que vous assuriez votre logement et que vous ayez vous-même une responsabilité civile. Ce sont les mesures de sécurité de base qu’il vous faut avoir même si sur Airbnb, par exemple, il y a ce genre de dispositif additionnel. Mais ça ne remplace pas les assurances que vous devez vous-même prendre en tant qu’hôte. Donc voilà pour les différents éléments assez stratégiques que je voulais partager avec vous sur la stratégie Airbnb, et comment ça s’inscrit dans les perspectives du voyage de 2022, les nouvelles tendances de voyages de 2022.

Maintenant, que penser de ça ? Peut-être, pour terminer, moi je trouve que c’est assez intéressant. Évidemment, depuis les annonces, tous les avis fusent par rapport à tout ça : « C’est que de l’effet d’annonces » ; « C’est que du marketing » ; « Il n’y aura rien de tout ça. » ;  « Ce sera bidon », etc. C’est sûr qu’il faut laisser aussi le temps aux choses de se faire pour qu’on puisse se forger une réelle conviction par rapport à tout ça. Est-ce que ce sont ou non des changements drastiques ? Maintenant, ce que je trouve intéressant, c’est de voir que Airbnb nous passe quand même le message, et aussi avec l’annonce de leurs résultats financiers qui sont extrêmement beaux, ils nous passent le message d’un acteur de la location saisonnière pilier, qui est, comme je disais, le seul en capacité, je reprends leur discours : « de prendre en charge les nouvelles tendances de réservations de demain. » Je pense qu’ils veulent vraiment montrer que financièrement, ça se passe très bien, qu’ils ont réinvesti et réinjecté l’innovation sur leur site, de façon à se préparer à devenir parmi les tops sites mondiaux sur la partie agence de voyages en ligne, je pense. Donc ça ne va peut-être pas révolutionner notre vie en tant qu’hôte. En tout cas, je trouve que ça passe un message assez intéressant. Et on peut, du coup, et c’est ce que je vous ai partagé aujourd’hui, en déduire toutes ces lignes assez stratégiques que je trouve encore plus intéressantes que les quelques fonctionnalités qui seront mises en place. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Airbnb innove pour les séjours de moyenne durée : à mettre en place !

J’espère que ça vous aura intéressé, que ça vous aura permis d’avoir une vision différente, un peu, de ces innovations qui seront mises en place sur Airbnb. Avec cette synthèse que vous venez d’entendre, normalement, vous savez le maximum de ce qui peut être su, en ce moment, sur cet aspect-là. Donc vous êtes au fait des meilleures infos. 

Je vais regarder si vous avez des questions à me poser. Je regarde ça. 

–       Sur Instagram, j’ai Linda qui me dit : « C’est totalement mon cas en tant que consommatrice Airbnb. » Malheureusement, je ne sais plus ce à quoi ça faisait référence, mais je te remercie d’avoir abondé dans le sens de ce que je te disais. Merci à toi pour ton retour. 

Beaucoup de gens nous ont rejoints, aussi, sur YouTube. 

–       Bienvenue à tout le monde. 

–       Bienvenue, Maxime, sur le live. 

–       Bienvenue Nathalie. 

–       Bienvenue Nadia. Toujours un plaisir de vous voir. 

–       Bienvenue à toi, depuis Facebook. Malheureusement, je ne vois pas ton nom. 

–       Quelqu’un me dit depuis Facebook : « Bonne nouvelle ». 

En effet, ce sont quand même de bonnes nouvelles, il ne faut vraiment pas le nier.  

–       Alan me dit depuis YouTube : « Aircover : la garantie hôte actuelle ne couvre que les dommages (pas les vols). Le fine print d’Aircover couvre-t-il maintenant ces problèmes ? » 

À vérifier. Je ne suis pas sûre à 1 000 %. Spontanément, avec tout ce que j’ai lu, j’ai envie de te dire oui. Mais je préfère vous dire de vérifier, parce que j’ai un doute. Mais spontanément, j’aurais envie de te dire oui. Sans certitude. 

–       Nathalie me dit : « Est-il nécessaire de demander une assurance villégiature aux voyageurs ? »

J’aurais envie de dire que ce n’est pas réaliste. Je pense que pour le voyageur, c’est leur responsabilité civile qui fonctionnerait. Ça me semble vraiment irréaliste de demander une assurance villégiature à tous les voyageurs. Je pense que très peu d’acteurs le font, et si on a le dispositif Airbnb + la responsabilité civile des voyageurs, à mon sens, ça suffit. Maintenant, n’étant ni juriste ni assureur, je préfère, encore une fois, vous transférer vers quelqu’un dans ces métiers pour être sûr que vous ayez les bonnes informations. Ce ne sera pas mon métier. 

–       Alan me dit : « La signature d’un contrat de location me semble toujours indispensable, car lui seul cadre les conflits entre hôtes et voyageurs. Qu’en penses-tu ? »

Oui, ça reste quand même idéal de signer un contrat de location, voire de faire signer un état des lieux digital. C’est vrai que ça reste quand même l’idéal, tout à fait. Je ne sais pas si vous avez d’autres questions. 

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Comment avez — vous perçu ces annonces d’Airbnb ? Est-ce que vous les avez reçues positivement, ou pas ? Est-ce que ces tendances du voyage aussi, ça vous parle ? Est-ce que c’est vraiment ce que vous aviez en tête, ou vous avez appris des choses, vous êtes étonnés par certaines orientations stratégiques ? 

–       Linda me dit : « Je disais ça sur le fait que le voyageur ne cherche plus une chambre d’hôtel, mais vraiment un lieu de vie. C’est exactement ça. Je ressens ça pour moi aussi aujourd’hui. » Évidemment ! Donc tu dis : « Je suis convaincue que c’est la tendance du futur voyageur. ».

Évidemment ! Et moi, pour ne rien vous cacher, je suis exactement, aussi, dans cette même situation. Parce que comme je le disais, chez J’affiche Complet, on est tous en télétravail, et c’est vrai que j’ai tendance à me déplacer, et à chercher des lieux comme ça quand je travaille quelque part. Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais je trouve que travailler dans une chambre d’hôtel, c’est glauque. Ça peut le faire pour quelques heures, pour une journée en après-midi, mais au final, si on a vraiment besoin de sortir de chez soi, d’aller travailler avec ou sans les enfants quelque part, ce ne sera jamais dans une chambre d’hôtel. Déjà, dans une chambre d’hôtel avec des enfants, à la fin, il y en aura un des deux qui n’est plus là. On a trouvé une autre solution : soit on l’a fait garder, soit nous, on va travailler ailleurs, mais ce n’est pas possible. Si vous avez des enfants, je pense que vous verrez de quoi je parle. Donc, voilà, à un moment donné, ce n’est pas possible de faire ça, et c’est vrai que louer une maison, un grand gîte, un appartement, tout ça, ce sont des solutions réalistes pour pouvoir travailler avec la famille. Chacun a son espace. Je suis assez d’accord avec toi et avec eux sur ce point-là. Tout à fait. 

–       Alan me dit : « Bonne nouvelle et bonne évolution d’Airbnb. Maintenant, à voir ce que ça donne en pratique. » 

Oui, tout à fait. C’est que je suis d’accord avec toi. À voir ce que ça donne en pratique. On va voir ça avec l’expérience, mais ça reste une dynamique assez positive. 

–       Nathalie me dit : « Super nouvelle, et un grand merci Élise. » 

Je te remercie. Merci à toi d’être là et de participer. C’est toujours un plaisir d’être ensemble. Franchement, c’est vraiment sincère. Je te remercie. 

  • Alan me dit : « Suggestion de live : un duo avec un assureur que tu pourrais nous parler des risques du LCD et de ce qui est vraiment couvert par les assurances PNO/RNH. » 

Ah, c’est une excellente idée, ça. Ah oui, excellente idée. Merci beaucoup Alan. Je prends le point. Je vais faire ça. Très bonne idée. Merci beaucoup.

–       Je ne vois pas ton prénom, mais quelqu’un me dit depuis Facebook : « En parlant de personnes à mobilité réduite, Booking nous propose de participer à une formation vision qui permettrait d’avoir un badge sur nos annonces disant que nous acceptons les personnes LGBT. »

Ça, c’est un très bon point. C’est le programme pride. Je vais faire une vidéo sur ça. Je vous avoue que j’étais un peu dubitative. Pour ceux qui n’auraient pas eu l’info, Booking nous propose actuellement de participer à un programme pride, qui permet de montrer notre ouverture à la communauté LGBT, qei+, c’est-à-dire notre ouverture d’esprit au fait d’accueillir des personnes de toute orientation sexuelle, ou de toutes orientations de genres confondus. Pour être vraiment assez intéressé par tous ces sujets-là, j’étais assez perplexe de ce programme-là au début. Je me suis dit : « Pourquoi est-ce qu’il faut un programme pour dire qu’on accepte des personnes de toute orientation sexuelle, et de toutes orientations de genre ? » Au début, je me suis dit : « Est-ce que ce n’est pas le comble ? » Et puis après, je me suis dit : « Renseigne-toi, creuse le truc. » Donc je suis actuellement en train de creuser le truc, et je vais faire une vidéo sur ça, parce qu’en effet, je trouve que c’est très intéressant d’avoir cette démarche-là, et je ne veux pas avoir ma réaction vieille chouette de dire : « Évidemment qu’on est ouvert d’esprit, et qu’il n’y a pas besoin d’avoir un label pour dire : bonjour, je suis ouverte d’esprit. » C’est ça qui me bloquait un peu. Je me suis dit que c’était un peu bizarre de devoir avoir un label pour dire : « Je suis favorable à ce que des personnes homosexuelles viennent dans mon appartement. » Mais évidemment ! Voyez, c’était un peu ça ma réaction. Mais justement, je ne vais pas faire ma vieille chouette, comme je le dis parfois. Je creuse le truc, j’ai essayé de m’inscrire pour la formation pour justement me rendre compte de quoi on parle, de quoi on va nous former à ce sujet-là. Et donc, je voudrais vous faire une vidéo sur ça pour pouvoir vous permettre, encore une fois, de décrypter ce truc-là, et qu’on puisse se dire : « Est-ce que c’est vraiment intéressant, ou pas, de participer, de soutenir cette démarche-là ? » 

–       Alan me dit : « Et quels outils utiliser pour les EDL digitaux que tu mentionnes ? » 

Je ne sais pas ce que ça veut dire, EDL. Je veux bien que tu me dises que tu entends par EDL. 

–       Nadia me dit : « Très bonne idée de pouvoir mettre en ligne la qualité du réseau wifi. » 

Je suis hyper d’accord avec toi. Oui, tout à fait. En fait, ce que je trouve intéressant sur la qualité du réseau, c’est qu’en fait, soit ça montre qu’on a peut-être un wifi de qualité faible, mais au moins, on évite d’avoir de mauvaises notes derrière, soit justement, on valorise le fait que notre wifi est au top niveau, et on peut capter de nouvelles réservations. Donc je suis d’accord avec toi. Dans les deux cas, c’est hyper vertueux. 

–       Ah, c’est Céline. Merci de nous avoir dit ton prénom. Merci Céline. « Je suis restée également très choquée, je me suis inscrite, et je participe dans une semaine, je crois. Je t’en reparlerai. » 

Avec grand plaisir Céline. Je suis contente de ne pas avoir été la seule à être, au début, choquée par le truc. Mais je serais ravie que tu me partages, en effet, ton retour sur ça, et voir un peu quel est le contenu, qu’est-ce qu’on nous apprend dans cette formation. Avec grand plaisir. 

–       « Ah bon, super, si tu t’es inscrite aussi. »

Oui, moi aussi je me suis inscrite, et on va voir ça.

–       « EDL = État des Lieux. »

Merci. Donc Alan, sur l’état des lieux, tu disais : quels outils utiliser pour les états des lieux digitaux ? On pourrait faire une vidéo, aussi, sur ça. Je le note. Super. Génial. Merci beaucoup. 

–       Sur Instagram, une dame dit : « Merci pour cette analyse, c’était top. » 

Écoutez, je vous remercie à tous d’avoir été, encore une fois, malgré le jour férié, si nombreux avec moi pour parler de tous ces sujets-là. Comme je vous le dis parfois, sachez que je suis en live le mardi à midi et le jeudi à midi. Donc vous pouvez me retrouver soit sur la chaîne YouTube, en cliquant « s’abonner » avec la petite cloche pour être alerté quand j’arrive en live, comme ça, voyez, on est ensemble ; on discute, je réponds à vos questions, on parle un peu de tous ces éléments qu’on décrypte ensemble. C’est toujours super chouette. Donc, n’hésitez pas à vous joindre à nous. Vous pouvez aussi participer au live depuis notre groupe Facebook qui s’appelle location saisonnière prix et maximisation de chiffre d’affaires. Comme je le disais tout à l’heure, en arrivant dans le groupe, vous recevez un cadeau : le bonus des six erreurs à ne pas faire quand vous faites vos prix. Le lien est juste en dessous, vous avez juste à mettre votre mail, et à intégrer le groupe. Et puis maintenant, depuis quelques semaines, c’est assez récent, sur Instagram, donc l’Instagram J’affiche Complet. On est là aussi, en live et on peut, de la même façon, discuter. 

–       Pour terminer, Alan me dit : « Oui, c’est surprenant cette idée de booking. Étant concerné, je suis un peu dubitatif sur les motivations de cette démarche. »

Écoute, on partage le même point de vue. Je suis un peu dubitative, mais restons ouverts, voyons ce que c’est. C’est très certainement une démarche hyper positive. Moi, d’ailleurs, pour ne rien vous cacher, je me suis dit que peut-être, cette démarche-là était une optique de booking de concurrencer des sites comme Airbnb, qui sont des sites qui sont, on va dire, marketés, justement, sur l’accueil de la communauté LGBT, qei+, et qui, du coup, capte une part de marché intéressante. Et je pense que peut-être, c’est une des raisons que j’ai vues pour essayer de comprendre cette démarche de Booking. Peut-être que c’est une orientation stratégique marketing pour capter ses parts de marché. C’est l’impression que ça m’a donnée. À voir comment c’est fait. On va, du coup, avancer sur ce sujet-là, voir ce que c’est, et je referai une vidéo sur ça pour qu’on puisse en parler et se dire qu’est-ce que ça donne ce truc-là. 

–       Marie-Claire me dit : « Malheureusement, cette communauté subit trop de haine inattendue. » 

Oui, c’est sûr. Ça, c’est un point qu’il ne faut pas nier, et qui est réel aujourd’hui, notamment pour la communauté trans, etc. Donc, tout à fait tout à fait. C’est une réalité, aujourd’hui, qu’il ne faut pas nier, auquel je suis, comme je dis, comme je le disais, très sensible. 

–       Linda me dit : « Je trouve cette formation totalement ridicule. Se former pour recevoir une certaine communauté ou autre, et avoir un label ou une étiquette : j’accepte telle ou telle communauté. » 

Oui, c’est un peu délicat. En tout cas, on va avancer sur ce sujet-là. Je ferai une vidéo. En tout cas, c’est cool que vous m’en ayez parlé, parce que je pensais faire la vidéo, sans savoir si ça intéresserait ou non. Maintenant, je sais que ça vous intéresse. Donc ça, ça va être intéressant. On va pouvoir en reparler dans une prochaine vidéo. 

Je vous remercie, encore une fois, d’avoir été avec moi aujourd’hui. C’est toujours un vrai plaisir. Moi, je vous dis à mardi pour la prochaine vidéo en live à midi, et à dimanche pour la publication d’une interview avec un partenaire ou un client. Voilà, je vous souhaite une très bonne journée, un très bon jour férié, un très bon pont si vous faites le pont. Je vous dis à très vite. 

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.