Céline Dehouck : Devenir chef d’entreprise jeune en créant une conciergerie ultra personnalisée

Dans cette vidéo je suis ravie d’interviewer Céline Dehouck qui nous parle des clés du sujet de sa conciergerie de location saisonnière : Objectif trip. Comment elle rend ses propriétaires enchantés.
Ses méthodes pour obtenir de bonnes notes des locataires
Etant experte marketing de profession elle partage également ses astuces à ce sujet

Pour retrouver Céline voici le site de sa société : https://objectiftrip.com/

💯Recevez par email le livre gratuit (les 6 erreurs qui vous font perdre de l’argent) en rejoignant mon groupe privé sur facebook 💯 https://bit.ly/2KRS5WK

(n’oubliez pas d’indiquer votre email pour recevoir le bonus)

⚠️ Abonnez-vous à cette chaine et 🔔 cliquez sur la cloche 🔔 pour ne plus vous dire : “c’était quoi déjà la chaine qui donnait des bonnes idées sur les prix ?” https://bit.ly/2OLq0lx

Autoriser l’affichage de votre nom sur streamyard pour laisser un commentaire : https://streamyard.com/facebook

Bonjour et bienvenue sur la chaîne J’affiche Complet, la chaîne qui aide les loueurs saisonniers, les conciergeries de location saisonnière et les sous-loueurs professionnels à augmenter leur chiffre d’affaires. Je suis ravie aujourd’hui de vous proposer une étude de cas, une interview d’une dirigeante de conciergerie très intéressante qui s’appelle Céline Dehouck.

– Bonjour Céline !

– Bonjour Élise ! Bonjour tout le monde !

Alors je pense que son parcours va beaucoup vous inspirer. Vous allez voir qu’il y a plein de choses intéressantes dont j’aimerais qu’on parle ensemble :

– Et la première chose que je te propose, si tu veux, c’est que tu nous partages ton parcours, peut-être, avant la conciergerie et après la création de la conciergerie.

– Oui ! Alors du coup, moi, j’ai commencé par faire des études dans le tourisme ; enfin, c’était de la communication digitale principalement marketing appliquée au tourisme. Donc du coup, après ça, j’ai travaillé dans des campings et dans des hôtels, principalement, qui avait, en plus du camping et de l’hôtel, des gîtes qu’ils mettaient sur AIRBNB, etc. Donc du coup, j’ai un petit peu les pieds dedans comme ça. Et puis, après avoir fini de travailler dans le dernier hôtel où j’ai travaillé, je me suis dit que c’était le moment de créer mon entreprise, parce que justement tout le monde me disait que j’étais jeune et que c’était un cap à passer, mais finalement, je trouvais ça moins risqué de le faire jeunes, plutôt qu’un peu plus âgé avec toutes les contraintes que ça importe, si j’avais eu un CDI avant de le quitter, les crédits maison, les enfants à nourrir, etc. Je trouvais ça un peu moins risqué de tenter maintenant, et si ça ne marchait pas ben tant pis, je serais retourné travailler dans les hôtels, les campings. Et donc du coup, j’ai créé la conciergerie en avril 2019. En ne pensant pas que ça allait autant marcher, clairement. Je ne pensais pas qu’il y avait autant de demandes. Donc nous, en fait, on est sur la côte normande, donc il n’y a pas mal de résidence secondaire principalement de Parisiens, mais aussi un peu d’ailleurs, et donc du coup, qui souhaitent louer leur maison quand ils ne viennent pas en vacances dans leur maison secondaire. Et donc du coup, voilà, j’ai décidé de m’occuper à leur place de leur logement, en fait.

– Top ! Et ta société, elle s’appelle Objectif Trip.

– Exactement !

– Objectif Trip. Et du coup, quand tu as créé, on en parlait un peu tout à l’heure en off, quand tu as créé ta société est-ce que tu avais peut-être cette inquiétude de te dire “bah ! je suis peut-être jeune, est-ce que les propriétaires vont me faire confiance”, parce que c’est quelque chose que tu as ressenti ?

– Oui ! Alors, j’avais l’inquiétude, effectivement, je me suis dit “peut-être que les propriétaires, principalement, vont croire que je n’ai pas assez d’expérience et que je ne saurais pas le faire quoi tout simplement”. Donc finalement, je n’ai pas eu spécialement de retour dans ce sens-là. Certes, j’ai eu quelques personnes qui m’ont dit “mais vous êtes jeune !”, mais au contraire c’était plutôt dans le sens “c’est bien d’avoir monté votre entreprise si jeune”. Et puis après, ils ont décidé finalement de me faire confiance, quand même, alors, sûrement, par rapport à ce que je leur disais de ce que j’allais faire de leur maison en fait sûrement. Et puis finalement, ça s’est très bien passé et la crainte a vite disparu. Mais, c’est vrai que je m’étais posé quand même la question avant de commencer.

– En amont ? (Oui).

– Voilà !

– Il y a aussi un truc qui est intéressant dans ton parcours et dans tes expertises, c’est que tu as aussi une forte expertise marketing communication, tu formes des gens sur ça ?

– Oui, parce que (ça c’est intéressant), du coup, effectivement, j’ai une deuxième partie dans mon entreprise où je donne des formations en communication marketing digitale, donc pas spécialement appliquée au tourisme pour le coup, à des petites boutiques, principalement de vêtements ou autres. Il y a un peu de tout. Du coup, c’est vrai que ça va être quand même pas mal pour la conciergerie aussi d’avoir cette expertise-là, parce que, du coup, surtout au niveau de la diffusion des annonces, de la publicité en quelque sorte, pour mettre en avant les biens en valeur et essayer de les louer, de donner envie aux gens, en fait, de venir. Je pense que ça va pas mal aider aussi. Et puis, quand j’ai commencé, j’ai trouvé principalement mes premiers clients-propriétaires grâce à la création de mon site internet, à la page Facebook, etc. Donc, je pense que ça a aussi, pas mal, aidé pour me faire connaître.

– Ah Oui ! ça c’est fort, ça! Réussir à trouver des premiers clients par une page Facebook !

– Oui.

– C’est qu’elle était vraiment qualitative ? parce que…

– Oui, cet internet-Facebook, c’est vraiment là où j’ai trouvé mes premiers clients, quoi ! C’est après que j’ai eu un article dans le journal quelques mois après. Donc ça m’a encore ajouté quelques clients. Mais encore aujourd’hui, c’est le site internet et les réseaux sociaux qui m’aident à me faire connaître, en fait. Et les gens me disent : “Oui ! Je suis tombé sur votre site internet, sur vos réseaux sociaux” et pareil pour les locataires. J’ai des locataires qui m’appellent en disant : “Oui ! J’ai vu que vous aviez une conciergerie, est-ce que vous auriez des biens proposés, à telle date, pour autant de personnes ?” et qui me trouvent de par Facebook ou par la page internet, donc.

– Oui ! Est-ce que tu as des astuces à partager, peut-être sans dévoiler des secrets, mais des astuces à partager pour avoir justement un site performant comme ça et une page Facebook performante ?

– Oui. bah, alors, sur le site internet, déjà, il faut savoir que la chose principale, j’ai envie de dire, quand on crée un site internet, donc certes, il y a le design que ça donne envie, etc., mais avant ça, il faut quand même être référencé sur google, en fait, parce que le site à beau être très joli, etc., si on ne trouve pas, c’est inutile, en fait. Donc du coup, vraiment faire attention déjà sur le site sur lequel on crée son site justement, parce qu’il y a weeks, wordpress, etc. Je pense que tu connais un petit peu aussi Élise ? Et il y a certains sites qui aident mieux que d’autres aux référencements, donc faire attention à ça. Et puis après, surtout les mots clés, etc., pour être bien référencé. Et après, la deuxième partie, c’est vraiment le design du site : donner envie aux propriétaires de nous rejoindre en fait tout simplement. Et sur les réseaux sociaux, ce que les gens aiment aussi ce n’est pas forcément mettre juste le lien des annonces, par exemple, sur Facebook, en disant “on a une nouvelle annonce, un nouveau bien, un tel endroit” et puis voilà. Ce n’est pas forcément ce qui intéresse les propriétaires. Certes, ils aiment bien voir les autres annonces qu’on a pu voir un peu ce que ça donne. Mais ils aiment aussi savoir un petit peu le back office, en fait : comment ça se passe finalement ? Mis à part ça, là par exemple, comme je m’occupe du linge moi-même, je ne passe pas par une blanchisserie, je partagerais la lessive que j’ai, que j’utilise qui est un peu écoresponsable, etc. C’est toutes ces petites astuces-là, ce, comment ça fonctionne en fait. Même des fois, mes propriétaires qui m’offrent des petits cadeaux, je les mets sur les réseaux sociaux. Ça montre que mes propriétaires ont confiance en moi et qu’ils sont contents de mon travail.

– Oui !

– Ce n’est pas forcément juste mettre en valeur les biens et s’arrêter là quoi

– Oui ! Tu partages un peu, du coup, la vie du dirigeant finalement.

– C’est ça finalement. Voilà ! Comme ça les gêne, en plus c’est ce qu’ils me disent justement, par exemple, mon petit chien que j’ai aujourd’hui…

– Il faut qu’on présente. Elle est trop mignonne !

– Mon assistante

– Bienvenu Tahice dans cette interview

– Et du coup, je l’ai déjà mise, par exemple, sur les réseaux sociaux. Et c’est vrai qu’il y a des gens, des propriétaires qui m’appellent pour la première fois, en me disant : “Ah oui! J’ai vu en plus que vous aviez un petit chien ou que vous faites de l’équitation” parce que je le mets aussi en valeur sur mon site internet, un petit peu mes passions, ce que j’aime en dehors de ça. Et du coup, les gens ont l’impression d’être, peut-être, un peu plus proches de moi et ils savent plus ou moins déjà à qui ils s’adressent avant de m’avoir au téléphone pour la première fois donc.

– Oui ! C’est vrai que tu as raison. Moi, quand je vois tes photos d’équitation sur Facebook, je ne peux pas m’empêcher d’écrire un petit mot pour te dire “je suis épaté”.

– Oui !

– C’est vrai que c’est épatant, et que c’est… Il y a un truc que je trouve très fort dans le fait de partager ses loisirs, je ne l’aurais pas fait spontanément, mais je trouve ça très fort de aussi transmettre l’image d’un dirigeant équilibré, tu vois ? Dans le sens où, en fait, tu es très engagée dans ton travail, mais en même temps ce n’est pas ta vie ton travail, tu vois ? Tu as aussi des passions fortes et…

– Oui oui.

– Ça donne une personnalité, ça laisse transparaître une personnalité intéressante, tu vois ?

– Voilà, c’est ça. Ils n’ont pas juste l’impression de parler, en quelque sorte, à un robot qui va mettre les annonces en ligne à la chaîne et sans savoir à qui on parle, etc. Là au moins, oui, ils ont l’impression de me connaître un peu plus, quoi ! Ça fait une relation de proximité, un peu plus que si on ne le faisait pas, je pense.

– Oui ! Et surtout, c’est peut-être l’occasion de parler aussi de ça ! C’est une des forces – tu m’arrêtes si je dis des bêtises -, mais j’ai l’impression que c’est une des forces de ta société, de ta conciergerie. C’est vraiment la proximité aussi avec les propriétaires, le lien de confiance qui est très fort.

– Oui. C’est ça. Et donc, effectivement, comme on en a parlé aussi en off tout à l’heure, je disais que “je ne souhaite pas devenir une grosse conciergerie avec des centaines et des centaines de logements sans savoir comment s’appellent, mais propriétaire et où est-ce qu’ils habitaient, etc.”. Je veux vraiment rester une petite conciergerie, un peu familiale à taille humaine où tout le monde se connaît un petit peu. Comme je te disais aussi un autre moment, mes propriétaires, des fois, quand ils reviennent dans leur maison, ils m’invitent à manger pour faire un petit point. Et voilà ! Discuter de tout et de rien, c’est ça aussi qui est sympa. Je ne veux pas que mes propriétaires soient des numéros. Et il y a vraiment cette relation de proximité, encore une fois.

– Oui. Et de confiance.

– Voilà.

– Est-ce que tu dirais qu’il y a d’autres points qui sont dans les forces de ta société ?

– Bah ! Après, c’est vrai que là on parle de relation de proximité, etc., c’est bien beau de bien s’entendre avec les propriétaires, et voilà. Mais c’est très loin de faire la rentabilité du logement et tout ce qui s’ensuit, parce que, bon clairement, le but c’est aussi de louer le mieux possible. Donc du coup, c’est vrai qu’avec l’expertise que j’ai acquise, alors, déjà au niveau de la diffusion des biens, etc., j’espère faire au mieux du moins pour avoir la meilleure visibilité possible. Et du coup, bah, forcément grâce aux revenus management, maintenant que tu m’aides, c’est encore mieux qu’avant disons. Donc du coup, pour essayer de louer au meilleur prix et le plus souvent possible, parce que même si la plupart de mes propriétaires – alors j’ai une partie d’investisseurs, mais j’ai aussi une partie de propriétaires qui ne souhaitaient pas, même pas, forcément louer à la base juste – ils ont découvert que la concierge aurait existé et que bah pourquoi pas louer quand ils ne sont pas là ? Mais le but c’est quand même aussi de pouvoir rembourser les crédits qu’ils ont à rembourser tous les mois et de compenser tout ça. Donc, il faut quand même que ça marche, en plus de bien s’entendre quoi.

– Oui, c’est ça. Et là où tu es très forte c’est que tu es aussi assez habituée, je trouve, à gérer les résidences secondaires. C’est très spécial, parce qu’il y a des contraintes liées à ça. C’est parce que forcément les gens veulent quand même encore profiter un peu, et ça tu sais, tu es très habituée à gérer ça.

– Oui, c’est ça. Ben, la plupart de mes propriétaires, alors, ils ne viennent pas très souvent dans leur résidence parce que forcément ils n’habitent pas sur place, et c’est un peu compliqué, mais c’est vrai qu’il faut gérer les disponibilités pour qu’ils puissent venir quand même dans leur logement quand ils le souhaitent, le but ce n’est pas juste de louer, et qu’ils peuvent même plus accéder à leurs maisons. Ce n’est pas terrible. Donc du coup, qu’ils puissent y accéder quand ils veulent. Et puis après, il y a toute la partie aussi un peu dépannage, comme c’est souvent les investisseurs sont plus tôt dans le secteur de leurs biens, en fait, en général, je trouve, en tout cas, pour les investisseurs à moi, c’est plutôt le cas. Donc du coup, ils peuvent gérer un peu tout ce qui est petits travaux, réparations, etc. Alors que les propriétaires de résidences secondaires, la plupart du temps, ils habitent un peu plus loin, et s’il y a un souci quelconque, eux-mêmes s’occupaient de la tonte de la pelouse. S’il y a, je ne sais pas, une baie vitrée a remplacé, parce qu’ils ont décidé de la changer et que ça ne leur plaisait plus, comme ça, du coup, moi, je suis là pour y aller. Encore cette semaine, j’ai eu le cas de quelqu’un, un propriétaire au EDF, devait passer relever les compteurs. Eux, ils sont parisiens, bah forcément, ils ne pouvaient pas être là pour relever les compteurs, donc j’y suis allé pour les dépanner quoi, pour ouvrir au EDF, pour qu’il puisse relever le compteur et puis que ce soit fait. Et voilà, donc il y a aussi toute cette partie-là où il n’y a pas que juste les arrivées, les départs, la mise en ligne des annonces.

– Oui.

– C’est aussi tous les “à-côtés” que les propriétaires ne peuvent pas faire eux-mêmes, puisqu’ils sont trop loin.

– Aïe ! Ça c’est un support précieux, parce qu’une société qui, enfin, je ne sais pas si c’est des choses qui sont refacturées après ou c’est des choses qui sont…

– Du coup, pour le coup, ce sont des choses qui ne sont pas refacturées et moi je fonctionne au pourcentage. Donc un pourcentage et après les frais du ménage qui me sont entièrement versés pour le coup. Mais tous ces petits dépannages-là, c’est inclus dans le pourcentage dès qu’il y a besoin d’aller faire un aller-retour pour donner les clés. Là j’ai une dame qui a changé ses fenêtres, je suis allé voir l’entreprise pour leur donner les clés, les infos, etc. Et tout ça c’est inclus dans la prestation quoi. Après je leur dis : “il ne faut pas que ça arrive tous les jours non plus, parce que, évidemment, je ne peux pas faire que ça”, mais de temps en temps, il n’y a pas de souci et c’est ces réparations sont refacturées derrière.

– Oui ! Et ça, c’est très précieux. Je pense que pour eux, quand on est loin, c’est rassurant de se dire qu’on a comme un binôme bienveillant qui est engagé avec nous dans le fait que ça fonctionne et qu’il n’y a pas de problème.

– Oui c’est ça, puis je suis là aussi pour veiller sur leur maison. Encore une fois, les propriétaires sont la plupart du temps loin. Ici, si, par exemple, il y a eu un gros coup de vent avec une grosse pluie, etc., des fois, ils me demandent de passer à la maison voir si le salon du jardin n’est pas atterri à l’autre bout du jardin, ou si tout va bien, si c’est, si la maison est encore en bon état, si elle n’est pas squatter, je ne sais quoi, en basse saison. S’il n’y a pas de locataires entre-temps je passe. Là pendant le Covid, le confinement tout était, on a très peu loué, surtout pendant le premier confinement puisque, d’ailleurs, c’était interdit, et donc du coup, je suis quand même allée dans les logements pour voir si tout allait bien, et ça forcément c’est rassurant pour les propriétaires.

– Oui. C’est une sérénité et un allègement de charge mentale, je pense, énorme.

– Oui.

– Ça c’est chouette. Alors tu me racontais aussi tout à l’heure – on va dévoiler tout ce qu’on sait dit – tu me racontais les petites choses vraiment chouettes que tu fais aussi pour des voyageurs, puisqu’on a beaucoup parlé des prix. Mais c’est vrai que tu as aussi de très bonnes notes sur tes annonces. Tu as des voyageurs qui sont vraiment très contents quand ils viennent chez toi.

– Bah, c’est le but aussi, parce que forcément les notes aujourd’hui ça fait beaucoup. Si les annonces n’ont pas de bonnes notes, forcément, ça ne donne pas envie aux prochains locataires de venir quoi donc.

– Exactement ! Et même c’est vrai que d’un point de vue tarifaire, ça soutient aussi une stratégie tarifaire qui peut être à la hausse quand c’est possible donc.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Location saisonnière : les 3 questions que l'on me pose le plus souvent

– Oui aussi forcément. Plus le bien est mieux, le bien est noté, est bien noté, plus on peut augmenter les prix forcément, puisque ça montre que c’est un bien de qualité. Ce n’est pas, c’est ça.

– Ben, du coup, tu as de petites astuces ?

– Oui.

– C’est ce que je trouve intéressant.

– Oui. Mais du coup…

– Si tu veux en parler

– Oui oui, non, mais pas de souci. Mais du coup, c’est vrai que j’essaye de faire des petits et – encore on n’a pas parlé de tout à l’heure, ça me fait penser à d’autres choses-là, on en reparle -, mais on essaye de regarder un peu, mais pas souvent, quand les locataires réserve, ils nous disent soit “je viens avec ma compagne”, et des fois, ça m’arrivait, “je viens avec ma compagne ou compagnon pour lui faire une surprise, on se fait un petit week-end en Normandie, par exemple, elle n’est pas au courant” donc voilà donc quand c’est comme ça, j’essaye de, alors pour le coup, je n’ai pas du tout de formation là-dessus, donc, je regardais sur internet une fois par exemple pour plier les serviettes en forme de cygne ou en forme de cœur, avec des petits bonbons à côté, ça fait toujours plaisir. Et on discutait justement aussi de ceux qui me disent qu’ils viennent avec des animaux donc un chien, un chat, un lapin même, ça m’est arrivé aussi, je mets toujours une petite gamelle d’eau avec un petit lentaccique sous des petites conquêtes pour les chats. Ça fait toujours plaisir.

– Oui, ça étonne. Et du coup, c’est hyper touchant, parce que c’est, ça montre que tu as fait quelque chose de personnaliser spécialement pour eux.

– Oui. C’est ça. Ils ont bien, enfin, ils ont vu que j’avais regardé leur message vraiment, et que j’ai vu dans quelle situation ils venaient : s’ils viennent avec des enfants, on met quelques jeux; ou s’ils viennent avec un animal, on met quelques friandises, etc. On essaye de personnaliser un petit peu, parce que c’est vrai que la plupart des loueurs, ils mettent, en fin, par exemple, en Normandie, ils mettent une bouteille de cidre, des petits gâteaux. C’est très bien, ça fait toujours super plaisir aussi. Mais c’est vrai que ça devient un peu commun quoi en quelque sorte. Donc enfin voilà. de mettre un petit quelque chose à boire, un petit quelque chose à manger, oui, c’est toujours sympa. C’est mieux, limites, que de ne rien faire. Ça c’est sûr. Mais c’est vrai que des fois se différencier un petit peu avec des choses que les gens ne voient pas toujours, ça, comme tu disais, ça étonne et ça fait toujours plaisir.

– Oui. Ça c’est chouette. Et des fois, tu as Isted aussi.

– Exactement, oui.

– Alors, ça c’est l’atout charme du checking.

– C’est ça.

– Si vous n’avez pas d’animaux de compagnie, et ben alors là, ça ne va pas du tout quoi. Si vous faites du checking sans animaux de compagnie franchement là, vous êtes dans le passé là.

– C’est vrai. Non, mais c’est vrai que les locataires adorent quand j’amène mon assistante Thaïe avec moi pour faire les arrivées, les départs. Ça fait, c’est pareil, ça ajoute un petit plus aux canins. Ils ne s’attendent pas forcément et…

– Oui

– Et ça fait toujours plaisir.

– Ça, c’est un, je veux bien croire que les gens ne s’y attendent pas. Et les animaux de compagnie alors, c’est vrai qu’il peut y avoir des gens qui sont allergiques, mais…

– Oui.

– Globalement, quand même les gens, ça donne quelque chose de…

– En général, ils aiment bien quand même les animaux. Les gens même s’ils n’en ont pas forcément voilà, mais souvent quand ils voient un petit chien arrivé comme ça toute mignonne, peut-être qu’elle est. Ils disent souvent que ”elle est mignonne. Comment elle s’appelle ? Ah bah ! Elle vient avec vous quand vous travaillez ? C’est sympa !” donc, puis, ça crée du lien aussi. Ça lance un petit peu la discussion parce que le but des arrivées et des départs, ce n’est pas juste de dire “bon bah ! voilà les clés, voilà l’appartement, bon séjour ! Je m’en vais”, c’est on discute un peu “comment ça s’est passé la route ?”, si ce qu’ils vont faire pendant leur séjour ou au départ qu’est-ce qu’ils ont fait, etc. donc. Ça peut aussi nouer un peu un lien.

– Et ça permet aussi probablement d’apporter ce que certains viennent chercher dans le AIRBNB, c’est-à-dire le lien avec un interlocuteur qui vit ici, qui peut donner des astuces, etc. Et là on trouve vraiment cette qualité du lien quoi !

– Oui, c’est ça. Ben, on revient, je trouve qu’on le perd un peu de plus en plus cet aspect du AIRBNB notamment qui était à la base des propriétaires qui ouvraient une chambre de leur maison seulement et qui prenaient le petit-déj ensemble, et c’était très très collaboratif, etc. Là je trouve qu’on le perd de plus en plus, mais les gens aiment quand même encore cette proximité quand il arrive de demander des conseils sur la région, comment ça se passe, etc. C’est encore ce que les gens cherchent donc.

– C’est vrai. C’est vrai. Donc ça c’est top. Super ! Est-ce que tu peux nous parler du sujet du prix ? Comment ça se passait avant de déterminer les prix ?

– Oui. Alors du coup, mais moi j’avais quelques bases quand même, puisque comme je disais, j’ai travaillé dans des hôtels ou dans des campings, alors les campings le faisaient un peu moins le revenu management, mais les hôtels en font quand même pas mal en général, donc du coup, j’avais quelques bases. Après les bases que j’ai eues, on ne me les a pas forcément appris en fait. Je les ai vus un peu sur le tas, comment ça se passait, sans qu’on me le dise, je voyais un petit peu que les prix baissaient quand il y avait moins de demandes ou en basse saison, et qu’ils augmentaient l’été, etc. Et donc ça, ça peut paraître un peu bête et bateaux, mais il y a plein de propriétaires que, par exemple, des propriétaires ou d’autres loueurs qui ne le savent pas forcément qu’ils mettent des prix fixes toute l’année quelle que soit la période, par exemple, alors que c’est vraiment la base de la base des bases quoi selon la période. Donc j’avais quelques bases comme ça, j’ai essayé de voir un petit peu selon la demande et selon la période de baisser les prix selon les jours fériés, etc. Après le souci que j’avais surtout c’est que je n’avais pas le temps de faire, comme tu le fais, des études approfondies sur la concurrence, regarder vraiment toutes les autres annonces, à quel prix ils sont,enfin faire des études grâce à des outils comme meridiana, ou je ne sais quoi quel autre site qui t’aide un petit peu à voir comment ça se passe la demande, donc. Je ne me débrouillais pas trop mal. On ne peut pas, voilà, dire que je ne faisais rien aux revenus management. Mais par contre, c’est vrai que je n’avais pas du tout le temps de m’en occuper comme il se doit quoi donc. Donc ce n’était pas aussi bien fait forcément.

– Ton temps, il était consacré à quoi en tant que chef d’entreprise ? Qu’est-ce qui te prend le plus de temps ?

– Je trouve que ce qui prend le plus de temps, c’est de répondre aux voyageurs, de leur donner les infos, et de leur…, enfin. Après tout le monde ne le fait peut-être pas, mais par exemple quand il réserve, on leur dit “merci pour votre réservation”, on regarde s’ils ont des questions à la réservation pour y répondre. Ensuite, de temps en temps, ils vous renvoient des messages pour savoir si un lit bébé, si les draps sont bien fournis, ou je ne sais quelles autres demandes, s’ils peuvent déposer un vélo ou autres. Donc du coup, il y a toutes ces demandes-là. Après il faut envoyer un message avant l’arrivée pour savoir : à quelle heure ils comptent arriver ? envoyer des messages le jour même pour savoir s’ils n’ont pas eu de retard avec les bouchons ou je ne sais quoi d’autre ? pour savoir à quelle heure ils arrivent réellement ? Pendant le séjour, s’ils ont des questions, il faut y répondre. S’il y a le wifi qui ne marche plus, il faut aller dépanner, etc. Ensuite, il faut redemander à quelle heure ils s’en vont le lendemain ? Souvent la veille en renvoie un petit message pour savoir à quelle heure ils partent ? Donc du coup, on est y retourné. Après ces jours, des fois, ils nous redonnent des petits, soit ils nous renvoient des petits messages donc. Il faut répondre aussi. Donc, je pense que c’est cette partie-là qui prend vraiment, limite, le plus de temps, c’est de répondre à tous les voyageurs. Alors quand on a un, ben, ça va ; quand on en gère déjà une vingtaine, bah forcément, ça se multiplie, etc., et ça prend beaucoup de temps. Et après à côté de ça, il y a toute la gestion des annonces remodifiées si jamais on, enfin, si jamais on change quelque chose, si on change la taille des lits, on remodifie les annonces, etc. Donc, il y a toutes ces modifs-là et du coup les prix forcément ça – enfin, de toute façon, la preuve, c’est un boulot à plein temps, quoi ! Donc, voilà ! C’est, ça prend vraiment énormément de temps. Donc moi, ce que je faisais avant, à mon niveau, je n’aurais pas pu le faire aussi détailler avant avec tout ce que j’ai à faire à côté, parce que, du coup, après il y avait encore les arrivées, les départs, le ménage, la facturation, le linge et le linge, donc il y a tout le reste quoi.

– Et faire des équipes ?

– Oui aussi. Tout ce qui est femme de ménage parce que je fais le maximum moi-même, mais j’ai quand même des gens qui m’aident pour le ménage principalement pour leur dire telle heure ils arrivent à telle heure ils s’en vont, il faut faire tel tel rangement, à tel moment, le sac de linge il est à tel endroit. Et c’est donc, je pense que c’est juste impossible pour une conciergerie à taille humaine comme la mienne où je suis plus ou moins toute seule, puisque je ne parle pas des grosses conciergeries qui n’ont pas mal d’employés. Là forcément, c’est plus simple pour eux, mais les petites conciergeries, c’est impossible de faire correctement du revenu management tout seul avec tout ce qu’on a à faire à côté quoi. Clairement !

– Oui.

– Ce n’est pas gérable au niveau du temps.

– C’est ça. Ou alors, bah, ce serait au détriment d’autre chose quoi, il aurait d’autres choses qui bâtiraient de…

– Oui, c’est ça que là le but c’était de faire un petit peu de chaque en fait, pour que, il y a un petit peu tous qui soient bien. Mais, on ne pouvait pas se permettre de passer plus de temps sur quelque chose, mais pas sur une autre, etc.

– Pour garantir la satisfaction du voyageur, la satisfaction du propriétaire.

– C’est ça.

– En fait, cette position en tant que conciergerie, elle est, c’est une critique quoi ! On est entre les deux parties.

– Oui, on fait le lien un peu entre tout le monde. Il faut gérer tout ça même quand on disait tout à l’heure, si jamais le jardinier doit passer pour tondre la pelouse, etc., il faut le gérer lui pour lui dire à quel moment il n’y a pas de réserve, vous pouvez passer à telle heure, puisqu’après telle heure, il y a quelqu’un qui est là. Donc, il y a tout ça aussi.

– Donc, et du coup, comment ça s’est passé la transition avec J’affiche Complet ?

– Eh ben du coup, ça a été plutôt simple. Ça a pris un petit peu de temps au début, parce que, du coup forcément, il fallait que je vous donne toutes les infos sur tous les logements, donc il a fallu refaire un gros détail, en fait, en quelque sorte sur les points forts et les points faibles, à quel prix on loue pour le moment, ressortir tous les historiques pour que vous les ayez directement et faire au mieux tout de suite, et non pas repartir de zéro en quelque sorte.

– Surtout que tu as changé de channel manager, en plus, à ce moment-là

– Oui, exact. Parce que, du coup, j’étais sur un channel manager qui était un peu moins performant avec un peu moins de possibilités. Après, il me convenait très bien pour ce que j’en faisais, parce que, encore une fois, je n’allais pas aussi loin que vous vous n’allez. Donc, c’était suffisant. Mais oui, il y a eu toute la partie changement de channel manager qui a pris énormément de temps. Donc vous donnez toutes les infos, et puis après ça s’est fait hyper simplement, après c’est vous qui avez travaillé, du coup, en me disant, mais pour telle ville tel bien, on va partir sur telle base, savoir si ça me convient parce que c’est l’avantage aussi et c’est ce que je dis aussi à mes propriétaires “ce n’est pas parce qu’on a quelqu’un qui fixe nos prix que” déjà il y a que toi et ton équipe qui fixaient des prix. Moi, déjà j’ai mon mot à dire, parce que du coup les propriétaires ne te connaissent pas forcément en personne.

– Non.

– Donc ils ont confiance en moi pas forcément en quelque sorte en toi.

– Oui, oui.

– C’est vrai.

– Nous, on est dans ton équipe, c’est toi la boss, tu vois.

– Voilà !

– C’est ça.

– Donc du coup, ça les rassure que moi j’ai mon mot à dire déjà et qu’eux aient leur mot à dire aussi, comme on disait, par exemple, l’hiver on met forcément moins cher, mais eux, ils ont plus de charges d’électricité. Donc le but, ce n’est pas forcément de louer et qu’ils perdent de l’argent, c’est pas du tout ça. Donc du coup, ils peuvent nous dire un prix minimum en dessous duquel on ne va pas descendre parce que sinon après ce n’est plus rentable. Donc ils ont aussi leur mot à dire. Donc vous travaillez bien, mais c’est rassurant aussi pour eux de savoir qu’ils ont quand même en quelque sorte un peu la main, s’ils en ont envie. Donc du coup, et après, vous nous avez envoyé toutes les propositions de prix, etc., et puis après on s’est élancé. Donc, ça s’est fait vraiment très simplement quoi. Le plus long était au début d’en discuter, de savoir sur quoi on voulait partir, les types de logements, etc ; et puis après, même encore au jour d’aujourd’hui, ça se fait très simplement. Tu nous envoies les points business toutes les semaines, on n’a plus grand-chose à faire finalement au niveau du prix, si ce n’est que de regarder si c’est juste.

– Voilà.

– Si ça nous convient les questions que tu as d’y répondre, etc. Mais c’est vrai que ça libère beaucoup de temps. Et puis mise, enfin, au-delà du temps que ça libère, c’est surtout qu’il y a une plus grande rentabilité, puisque forcément tu vas plus loin qu’en tout cas ce que moi je faisais avant, donc forcément, tu loues beaucoup mieux à des prix bien meilleurs et beaucoup plus souvent, donc. C’est quand même aussi ça l’important.

– Oui. Financièrement, on s’y retrouve quoi ?

– Oui voilà. Autant moi qui dois te payer, j’arrive à me retrouver que les propriétaires, bah, pour eux, c’est encore mieux, parce que, moi, je n’ai pas changé les tarifs. Et du coup bah forcément, ils louent plus cher et plus souvent. Donc pour eux, c’est vraiment le top du top.

– Ouai.

– Il voit la différence d’ailleurs.

– C’est ce que je t’avais demandé il y a des propriétaires qui t’ont fait des retours dans ce sens ?

– Euh oui oui. Ils m’ont dit en fait particulièrement sur l’été, parce que nous on a commencé en janvier cette année, donc on a une toute petite partie d’hiver avec un confinement en plus, donc pas terrible. Euh… parce que du coup sur l’hiver, c’est vrai que, même moi, j’ai remarqué qu’on louait plus souvent l’hiver, parce que tu mettais des prix souvent un tout petit peu moins élevé que ce que je mettais moi, et je le vois aussi par rapport à d’autres conciergeries auxquelles on s’entend tous plus ou moins très bien ici dans le secteur entre conciergeries. Donc on discute un petit peu de comment ça se passe, de leur côté quoi, si c’est une tendance générale, ou si c’est nous le problème, ou justement si c’est nous qui éclatons les scores, et que ce n’est pas normal. Et c’est plutôt ce que je ressens justement que, quand on discute avec d’autres conciergeries ou même d’autres propriétaires par rapport à ce qu’on menait l’année dernière, ils me disent, enfin particulièrement là sur l’été, mais on louait à des prix qu’on n’aurait jamais pensé louer. Moi, je n’aurais jamais osé les mettre, moi déjà, les propriétaires me disent “mais vous louez à des prix et en plus c’est loué” quoi ce n’est pas juste on met des prix et ce n’est pas loué. Non, non, ça marche. Et puis au-delà des prix qui sont quand même plus élevés que ce qu’on aurait pu mettre quand on discute avec d’autres conciergeries ou même quand on voit notre taux de remplissage avant, il est beaucoup plus élevé aussi donc. Et puis, c’est rassurant aussi pour moi ou pour les propriétaires d’avoir votre avis un peu plus global, puisque vous n’avez pas mal de villes, vous avez pas mal de logements de tous types. Donc, vous avez une vision un peu plus globale que si on avait juste des studios dans telle ville. Et du coup, on ne se rend pas trop compte de comment est le marché, puisque on a que notre bien à nous et on se dit que “est-ce que c’est nous le souci ? Est ce qu’est-ce que j’aurais dû mettre plus cher ? Parce que ça se fait bien, ou est-ce que, voilà, vous avez une vision beaucoup plus globale ?” Et donc je pense que c’est aussi un atout.

– Oui, je comprends. Donc en fait, tu es un peu devenu la star dans la région ?

– Je n’irais peut-être pas jusque-là, parce qu’il ya des conciergeries qui étaient implantées bien avant moi, et qui sont encore entre guillemets “plus connus” en quelque sorte, parce que, même sur internet, elles sont, enfin, ils apparaissent avant moi, par exemple, dans les résultats de recherche, parce qu’elles sont là depuis plus longtemps. Donc, c’est normal. Mais c’est vrai que même la CCI là, j’avais été les voir pour un changement de statut pour l’entreprise et du coup ils me disent “mais on a plein de personnes qui veulent créer des conciergeries”, parce que c’est vrai que c’était en plein essor en ce moment la création de conciergeries. Et du coup, ils me les envoient, ils me les envoient pour que je leur donne des conseils, en fait, sur la création de conciergeries. Là, j’en ai encore deux/trois que je suis entre guillemets, donc gratuitement. C’est vraiment…

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Ventes additionnelles produits ou service : comment faire ?

– Mais tu pourrais faire un service ?

– Eh ben, j’y pense, c’est plus ou moins en cours.

– Ah ben génial ! Si vous voulez être accompagné par Célie pour créer votre conciergerie.

– Voilà c’est, ça peut aider ou même les propriétaires ne serait-ce qu’ils n’ont pas envie d’utiliser une conciergerie, parce que, eux, ils sont sur le secteur ou ils ont le temps, et voilà. Ils n’ont pas forcément envie de déléguer, mais ils ne savent pas forcément comment faire pour le coup. Donc du coup, ça m’arrive aussi de donner des petits conseils à des propriétaires pour leur dire “bah, vous devriez améliorer ça dans votre annonce, etc., pour louer mieux”. Mais oui, la CCI du coup m’envoie pas mal de conciergerie en cours de création là pour que donc je les aide un petit peu à se lancer. J’ai encore une conciergerie là, que j’ai aidé à se créer il n’y a pas très longtemps, donc je ne l’ai pas sur ma ville, mais elle est vraiment juste à côté à Can là. Et du coup, elle m’a envoyé un petit message hier pour savoir comment ça se passait pour moi et si je n’avais pas mal de résa, pour savoir si c’était la tendance. Bah oui ‘été se remplit, mais c’est vrai que c’est beaucoup de dernières minutes, etc. Et du coup, elle était rassurée aussi d’avoir mon retour.

– Oui.

– En disant oui, bah moi c’est pareil. Donc c’est bon, je suis sur la bonne ligne et la bonne voie. C’est ça.

– Si la bosse a les mêmes choses, c’est que c’est bon. Et du coup, tu vois cette étape de déléguer, de transmettre une partie de son de sa société. Alors je ne suis pas toujours très à l’aise quand les gens disent “mon bébé”, mais bon au final c’est un peu ça, tu vois, donc quand on crée une société.

– C’est vrai. C’est une grosse partie de notre vie quand même.

– C’est ça. Et puis, quand même, c’est vrai qu’on y met beaucoup de temps, d’énergie. Est-ce que tu avais des craintes avant de déléguer cette partie-là, qui c’est vrai peut être – alors je vais dire le mot – stratégique, même si on dirait que je suis en train de me faire mousser. Mais c’est vrai que la question du prix du chiffre d’affaires bah c’est…

– C’est le centre du….

– C’est ça, si on se rate sur ça, ça peut être compliqué pour la pérennité de l’entreprise.

– C’est, ça s’est… Il y a plein d’autres choses à côté. Mais, c’est quasi la chose la plus importante quand on loue un bien le mettre au bon prix, parce que si on le met, par exemple, trop cher surtout dans ce sens-là, ça ne se fera jamais. Donc, à la limite, si on le met trop peu cher, bon à la limite, ça se saura, on pourrait faire mieux, mais ça se saura. Mais si on le met trop cher ou à des, par exemple, cette nuit minimum toute l’année, pas forcément, selon les villes, j’imagine que ça diffère peut-être un peu, mais on ne l’aura pas correctement quoi. Donc c’est quand même le cœur du métier en quelque sorte. C’est vrai que c’est un peu difficile de déléguer au début, parce que on se dit, enfin, toi à la limite ça va, parce que les avantages aussi de ton entreprise c’est que tu es présente beaucoup sur internet à faire débat de ce genre d’interview ou avoir des retours clients, à faire des études de cas, ce n’est pas juste parce que moi je ne te connaissais pas avant. En vrai, je n’avais pas eu forcément de recommandations pures en disant “oui il faut que tu ailles voir Élise, c’est top voilà”. Moi je t’ai connu un peu entre guillemets par hasard un peu grâce à Emmanuel. Mais du coup, ce n’est pas juste sur internet. On ne voit pas juste “Oui, je fais du revenu management, je vous promets je vais augmenter votre chiffre d’affaires. Ça va être génial. Faites-moi confiance” point quoi, c’est autant d’euros et voilà. Là on se dit on ne sait pas trop à quoi s’attendre, est-ce que vraiment ça marche ?

– C’est qui cette fille ?

– Oui, c’est ça. D’où elle sort ? Que voilà pour le coup, son est tout le contraire sur les réseaux sociaux, sur ton site internet, etc., on voit vraiment des cas concrets, en fait, en quelque sorte. Enfin même des fois tu dis : “oui, telle personne à augmenter d’autant son chiffre d’affaires”. Et puis même des gens mettent des avis, etc. Donc on se dit bon avec tout ce qu’on voit, on voit quand même comment tu fonctionnes et que tu ne fais pas juste des prix au pif en t’aidant d’un site qui le fait automatiquement quoi. Tu fais des vraies recherches forcées. Donc, ça inspire un peu plus confiance déjà.

– Oui.

– Mais, c’est vrai que c’est un peu compliqué de déléguer quand même au début on se dit “bon c’est quand même un coût, est-ce que vraiment ça va marcher ? Est-ce que je n’aurai pas mieux fait de continuer à le faire tout seul ?”. Voilà, après…

– Est-ce que ça marchera pour moi aussi ? puisqu’on peut se dire ça.

– Oui. C’est ça.

– Ça peut marcher pour d’autres.

– Oui c’est ça, ça aurait pu l’être aussi. Et puis finalement, après l’avantage aussi c’est qu’on n’a pas, on n’est pas vraiment lié pendant des années avec toi comme tu dis très bien partout : “c’est satisfait ou remboursé” entre guillemets quoi donc. Donc, du coup, on se dit “bon je n’ai rien à perdre en quelque sorte”. On tente et puis on verra comment ça se passe et puis finalement ça se passe très bien donc on ne regrette pas. Ça va.

– Ça c’est cool. C’est vrai que nos contrats sont sans engagement et c’est un point qui est très important pour moi. Et on en avait l’occasion d’en parler. C’est que nos clients à ce jour je touche du bois ou je ne sais pas quoi dire

– Il n’y en a pas.

– C’est ça. Mais il n’y a aucun client qui nous a quittés et je suis très heureuse de ça, parce que les gens ne restent pas avec nous, parce qu’ils sont engagés pieds et poings liés comme ça dans les contrats, pas du tout. Les gens restent avec nous, parce qu’ils trouvent que ça leur apporte du temps, de l’argent, et que ça fonctionne quoi.

– Oui, c’est sûr.

– Donc, ça c’est top. Et c’est vrai que si ça peut, en plus de toi, te satisfaire, mais en plus aller satisfaire aussi tes propriétaires, on a tout gagné quoi.

– Oui, parce que c’est le but aussi, parce que bon certes moi je suis au pourcentage, donc au mieux c’est loué, et plus je gagne aussi. Mais ce n’est pas encore autant que pour mes propriétaires, parce que moi je prends en moyenne 20 % de commission, donc si on augmente les prix, ça me fait que 20 %, voilà, de prix sur les fameux prix qui ont augmenté ou enfin sur la marge quoi en quelque sorte. Mais pour les propriétaires, ils ont tout le reste encore, en plus, donc, eux voient encore plus la différence, du fait que ça marche, ça marche encore mieux qu’avant.

– Mais d’ailleurs, il y a aussi certaines conciergeries qui profitent du fait qu’on soit présent dans l’équipe pour peut-être un moment donné pour les nouveaux biens ou les nouveaux propriétaires, ben, augmenter aussi leurs prix, se dire “on a aussi un service qui est devenu plus plus” enfin parmi tous les éléments positifs, ça vient s’ajouter et donc.

– Oui, parce que c’est vrai qu’il y a aussi beaucoup de conciergeries soit qu’ils font comme je le faisais avant qu’ils gèrent leurs prix eux-mêmes donc qui ont de très bonnes bases. Mais encore une fois, si on voulait le faire correctement, ça prendrait, enfin, c’est à temps complet quoi, qu’il faudrait le faire. Donc voilà. Et puis enfin, même en ayant de très bonnes bases, mêmes très très bonnes bases, on n’a pas l’expertise que toi tu as, c’est vraiment un métier. Il y a des études pour voilà. Il faut l’expérience voilà. Donc soit c’est des conciergeries qu’ils le font un peu eux-mêmes, ou soit c’est des conciergeries comme on en discutait tout à l’heure qui peuvent aussi utiliser des sites qui le font un peu automatiquement, mais c’est fait par des robots, et ce n’est pas aussi personnalisé, aussi bien étudié que ce que tu ne le fais. Donc, c’est vrai que c’est quand même un sacré atout de t’avoir parmi nous.

– Et ça permet d’être compétitif aussi par rapport aux start-ups. Est-ce que ça t’est arrivé d’être évalués en concurrence avec de gros start-up parisien qui elles vont dire “nous on a des analystes, etc.” ou pas du tout ?

– Oui. Bah, en quelque sorte. Après nous, par chez nous, on n’a pas énormément de grosse start-up comme ça. Ils ne sont pas très très implantés, s’ils sont à Deauville, par exemple, qu’ils sont à une bonne heure de chez nous, là il y a beaucoup de grosse start-up, mais là sur les plages de débarquement, là où nous on est, il n’y en a pas énormément. Mais il y en a eu qui sont d’ailleurs partis, parce que je pense qu’ils n’avaient pas assez de clients, je ne sais pas pourquoi d’ailleurs, mais il y en a eu et il y en a encore une ou deux. Et c’est vrai que ces grosses start-ups, en général, utilisent, voilà, des robots pour fixer les prix et c’est fait un peu trop guillemets à la chaîne voilà. Ils ont tellement de logements gérés que ce n’est pas pareil. Et j’ai des propriétaires qui étaient avant avec ce genre de start-up là plus ou moins petit ou grand, parce qu’il y en a des très très grosses qui sont un peu partout dans le monde, mais il y en a des un peu plus petits qu’ils ont dans quelques villes en France, mais qui sont quand même connu, qui ont un nom quoi en quelque sorte. Et ça m’est arrivé de récupérer pas mal de leur logement aussi, parce que les gens avaient envie de revenir un peu aux sources quoi, de revenir à quelque chose de plus concret, de plus familial, de plus, de plus personnalisé, et voilà., de plus humain, c’est ça.

– Et là sur cet aspect-là, dernière question : et si s’il n’y avait pas notre service dans ta vie de chef d’entreprise aujourd’hui comment comment elle serait ta vie de chef d’entreprise de ta société ?

– Très très remplie, trop remplie.

– Ok.

– Non, mais si bah si vous n’étiez pas là je n’aurais pas pu aussi développer encore plus ma société à moi, parce que forcément comme on disait tout à l’heure il y a plein plein de choses à faire dans différents domaines, quand on est à son compte et quand on a une conciergerie. Donc, au bout d’un moment, on ne peut pas tout faire, si on peut tout faire soi-même avec cinq/six logements aller dix grands max, mais au-delà, on ne peut pas s’occuper correctement du prix, s’occuper correctement du linge, s’occuper correctement du ménage. Donc ça aurait été compliqué déjà de tout gérer de base, et je n’aurais pas pu développer autant que je le fais là, même si encore une fois je ne veux pas développer pour devenir une grosse voilà énorme avec des centaines de logements. Mais n’empêche que pour vivre, il faut quand même quelques logements de plus. Donc, ça permet de pouvoir se développer quand même.

– Tout en gardant la personnalisation, parce que la personnalisation est, c’est une valeur importante pour toi. Mais elle prend du temps.

– Oui. Bah, c’est ça.

– Oui.

– Donc, c’est important pour tout le monde autant pour mes propriétaires, qui sont dans la même optique que moi, que pour moi qui ai besoin d’aide pour réussir à tout faire et à faire au mieux.

– Et du coup, donc, si je suis propriétaire, et là je regarde cette vidéo et je me dis j’aimerais vraiment bien te confier ma maison secondaire, comment ça se passe ? Est-ce qu’il y a un petit process à respecter ?

– Alors du coup, juste à savoir que moi, je suis présente vraiment que sur les plages du débarquement de à Romain Chérubin, à Luc sur Mer et quelques villes dans les terres aux alentours. J’ai eu des demandes pour aller un peu plus loin à Deauville, même dans le sud, etc. Pour l’instant, ce n’est pas encore le cas, donc à savoir quand même, parce que c’est que c’est compliqué. Il faut trouver quelqu’un sur place aussi pour gérer toute la partie, enfin, la partie sur place quoi concret. Donc pour l’instant je ne suis que sur cette partie-là, sinon sur le site internet objectiftrip.com du coup, il y a tout le détail de nos prestations. C’est un peu ce qu’on a, ce qu’on a évoqué ici en quelque sorte. On a bien récapitulé. Du coup, dessus, il y a aussi les coordonnées, donc mon numéro, mon adresse mail, etc. Donc, si les propriétaires veulent me contacter, ils peuvent me contacter directement par mail ou par téléphone, comme ça, on voit un peu le bien qu’ils ont. Je n’ai pas vraiment de critères comme certains. Je sais qu’il y a des conciergeries dans le coin, par exemple, qui prennent que des logements avec vue mer soit qui ont un peu des critères comme ça, moi ce n’est pas forcément mon cas. Le tout c’est que le logement soit propre et en bon état et c’est donc je me renseigne quand même un petit peu sur le bien sachant que je propose juste un service complet. Aussi je le faisais avant de proposer juste une arrivée juste un départ juste un ménage ou que les arrivées, etc. Mais ça devient très compliqué au niveau du planning de pouvoir gérer et s’organiser. Donc là je ne propose plus qu’un service complet, mais du coup, les propriétaires peuvent contacter directement pour en discuter. Donc souvent on réexplique un petit peu par téléphone comment ça se passe, comment on fait pour gérer les annonces, etc., à nous de notre côté. Ensuite, on se rencontre, la plupart du temps, sur enfin, dans le logement en question, comme ça, moi, je peux voir un petit peu à quoi il ressemble, même si encore une fois, je n’ai pas de gros critères, mais au moins que ce soit propre et en bon état, etc.

– Et adapté à la loc saisonnière aussi.

– Voilà. C’est ça parce qu’enfin j’ai eu des logements par exemple où il y a juste un canapé convertible ou dans une ville où ça ne marche pas du tout. Là je leur dis, je ne veux pas leur mentir, je leur dis “bah c’est la location longue durée, ce sera beaucoup plus rentable pour vous que de faire la location saisonnière”. Il y a des fois des logements qui ne sont pas faits pour, qui ne marcheraient pas autant, donc voilà. Donc après, on se rencontre sur, dans le logement on discute un petit peu voilà, s’ils ont des questions, etc. Et après, s’ils sont partants, on fait juste signer un petit contrat. Donc pareil, nous, on n’a pas d’engagement six mois, un an, quoi, que ce soit. C’est qu’il n’y a pas d’engagement, mais ils partent quand ils veulent. Pour l’instant personne n’est parti, donc c’est pareil. Je suis plutôt fier. Le petit contrat, j’ai besoin des clés, et puis après les propriétaires ne font plus rien. On prend les photos, on met l’annonce en ligne. J’ai besoin de leur arrivée quand même pour leur reverser l’argent. Et puis après, c’est tout, je leur fais des petits récap, de temps en temps. Ils me posent leurs questions quand ils ont envie. Et puis, eux n’ont plus rien à faire, en fait. Si tout va bien, tout se passe bien, s’il n’y a rien à réparer, s’il n’y a rien qui est tombé en panne, quoi que ce soit, ils n’ont rien à faire. Il y a des propriétaires, d’ailleurs, il y en a une que je n’ai jamais vu.

– D’accord.

– Il y en a que je ne leur parle jamais en fait parce que du coup. Tout va tellement bien que du coup on s’envoie un mail, par exemple, une fois par mois pour leur dire “tout va bien” voilà. Et puis, ils me disent “super génial, on est très content, ça se passe bien et voilà”. C’est tout quoi.

– C’est parfait,

– Donc, eux n’ont vraiment rien à faire. Et c’est aussi le but à tout.

– Génial. Et donc ça veut dire aussi que si on ne démarre de rien si, par exemple, on a une résidence secondaire et qu’on n’a jamais eu cette idée de location saisonnière, on peut vraiment venir te voir même si on n’a pas d’annonces, on n’a pas de PNR, rien du tout ?

– Oui !

– Tu t’occupes de tout ?

– Oui, c’est ça, je m’occupe vraiment de tout. Ils n’ont rien à faire. Après le, ce qu’on fait aussi, grâce à toi aussi, c’est que les propriétaires n’ont pas forcément conscience de combien ils pouvaient gagner, est-ce que vraiment c’est rentable, voilà. Toute cette partie-là donc, c’est vrai que des fois, je peux être amené à te dire “j’ai tel logement à tel, tel endroit et c’est combien ? penses-tu que l’on puisse espérer gagner ?” Donc après, je fais un retour aux propriétaires, et puis après ça peut les aider aussi à se décider, à passer à la location saisonnière. Mais pareil, même au niveau de tout ce qui est légal parce que c’est bien beau de se lancer dans la location saisonnière, mais il y a des choses à respecter au niveau de la loi, enfin, il faut se déclarer en mairie, il y a les assurances, etc. Donc même, s’ils n’y connaissent rien, après moi, je les aide aussi à ce niveau-là, s’ils ont des questions, à savoir quoi faire concrètement pour se lancer.

– Top. Super. Bah, écoute merci super intéressant. Merci Céline.

– Merci à toi.

– Merci pour ce partage. C’est vraiment une chouette interview. Je pense que ton parcours va aussi aider pas mal de gens. Et j’espère que beaucoup de propriétaires viendront te voir.

– Bah, je l’espère aussi.

– Merci à toi pour ton temps, et à bientôt.

– A bientôt. 

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.