Location courte durée : faut-il choisir la sous-location ou la conciergerie ?

⭐ Location courte durée : faut-il choisir la sous-location ou la conciergerie de location saisonnière ?

💯Recevez par email le livre gratuit (les 6 erreurs qui vous font perdre de l’argent) en rejoignant mon groupe privé sur facebook 💯 https://bit.ly/2KRS5WK

(n’oubliez pas d’indiquer votre email pour recevoir le bonus)

⚠️ Abonnez-vous à cette chaine et 🔔 cliquez sur la cloche 🔔 pour ne plus vous dire : “c’était quoi déjà la chaine qui donnait des bonnes idées sur les prix ?” https://bit.ly/2OLq0lx

Autoriser l’affichage de votre nom sur streamyard pour laisser un commentaire : https://streamyard.com/facebook

#jaffichecomplet #loueursaisonnier #revenuemanagement #pricing #airbnb #booking #prix #immobilier #locationsaisonniere #airdna #gite #maisondhotes #rentabilite #eliseripoche #souslocation #conciergerie

Bonjour et bienvenue sur la chaîne J’affiche Complet, la chaîne qui aide les hébergeurs saisonniers, et les gestionnaires d’hébergement saisonniers à devenir des entrepreneurs sereins et ultra-rentables.

Aujourd’hui, on va parler d’une question que vous vous posez peut-être : quand on veut gérer des biens immobiliers pour le compte d’autres personnes, faut-il s’orienter vers un modèle de conciergerie de location saisonnière, ou faut-il s’orienter vers un modèle de sous-location ? Quels sont les inconvénients et les avantages de chacun des deux scénarios ? Est-ce qu’il y a certains choix à faire selon votre situation personnelle ? On va en parler ensemble aujourd’hui, et je pense que ça va vous aider à prendre la décision. 

Si vous n’êtes pas encore abonné à la chaîne YouTube, que vous êtes en train de regarder, très probablement, et bien, n’hésitez pas à le faire. N’hésitez pas à vous abonner en cliquant sur la cloche ou à nous rejoindre sur notre groupe Facebook. Vous avez le lien juste en dessous. Quand vous arrivez en live avec moi, n’hésitez pas à saluer. C’est toujours un plaisir de vous voir, d’être ensemble, de répondre à vos questions, et de partager sur tous ces sujets-là. 

− Bonjour Maxime. Bienvenue sur le Live. 

Maxime, un fidèle des Lives qui est avec nous depuis YouTube. Je vois aussi qu’on a, là, Guesthouse qui nous a rejoints depuis Instagram. Les Lives sont disponibles aussi depuis Instagram, donc n’hésitez pas à nous rejoindre aussi sur Instagram. 

On va démarrer sur le sujet de la sous-location et de la conciergerie de location saisonnière. D’abord, je vais commencer par définir un peu ce qu’est la sous-location, si jamais, vous ne connaissez pas, et ce qu’est la conciergerie de location saisonnière. 

− Bonjour à tous. 

− Bienvenue, Petit Potager. 

− Bonjour Christian. 

− Bonjour Romain. 

Ce sont des habitués des Lives. 

Pour être assez simpliste, parce qu’en fait, la réalité n’est pas si compliquée que ça. On veut mettre de grandes explications, mais en fait, les trucs sont très simples. Sur la sous-location, déjà, on pourrait se dire : « Oh, mais la sous-location, ce n’est pas légal. » La sous-location, c’est légal. La sous-location est un modèle d’exploitation d’un appartement, qui est une activité commerciale. En fait, on va signer avec le propriétaire l’autorisation d’exploiter le bien, pas pour son compte propre, mais en fait, pour le compte de sa société, par un mécanisme de sous-location. C’est-à-dire que le propriétaire va signer un bail avec nous, indiquant qu’on a le droit de relouer cet appartement légalement, et dans une activité commerciale. L’avantage de ça, c’est que ça va nous sortir de la règle de ne pas pouvoir relouer plus cher. Là, on a le droit de relouer plus cher, et donc, on peut faire une activité pérenne avec ça. Et aussi, on est couvert en cas de problème. C’est vraiment quelque chose de totalement légal, et c’est une activité professionnelle. C’est le scénario de la sous-location. Le scénario de la conciergerie de location saisonnière, c’est que vous avez, en conciergerie de location saisonnière, quelque chose de totalement différent. C’est que vous êtes une entité externe qui va venir apporter du service au propriétaire de l’appartement, et qui va mettre en place la partie saisonnière avec la partie terrain, et avec la partie gestion de l’annonce. 

Peut-être, le premier point sur lequel on peut comparer la location et la conciergerie, le premier point, c’est la partie : qu’est-ce qu’on fait concrètement pour l’appartement ? Je commence par ça, parce qu’au final, c’est très similaire sur cet aspect-là. Pour l’appartement, dans les deux cas, qu’on soit une conciergerie ou qu’on soit sous-loueur professionnel, il va nous falloir organiser les arrivées et les départs, donc soit avec quelqu’un, soit avec une boîte à clé ; il va nous falloir gérer le ménage, sous-traiter, ou le faire soi-même ; il va nous falloir gérer la commercialisation, donc avec l’annonce, avec du revenue management, de bonnes tarifications ; et s’assurer que les ventes sont faites. Donc finalement, si on prend vraiment le quotidien lié à la location saisonnière, dans les deux cas, c’est assez similaire. Au final, vos quotidiens, il va être le même. La gestion des problèmes, au final, va être la même. 

Maintenant, il y a évidemment des choses qui changent. Et c’est là que vous allez pouvoir voir : est-ce que l’un ou l’autre vous correspond le mieux ? La première chose qui change, et qui est la plus évidente, je pense, c’est la relation avec le propriétaire. Vous avez deux propriétaires différents, avec des attentes différentes, et peut-être même, des tempéraments différents en sous-location et en conciergerie de location de saisonnière. En sous-location, vous avez quelqu’un à qui vous allez dire : « Moi, je vous loue au prix de la longue durée, voire peut-être parfois, je vous loue un tout petit peu plus cher, comme ça, vous aussi, vous êtes intéressé par ma présence à vos côtés, mais c’est tout. Vous avez la garantie des loyers, et moi, par ailleurs je vais l’exploiter en courte durée. » Donc, le tempérament du propriétaire qui va être intéressé par la sous-location, ça va être quelqu’un qui n’a pas forcément envie, ou besoin d’une rentabilité maximum. C’est quelqu’un qui n’a surtout pas envie d’en entendre parler, et qui ne veut pas forcément suivre tout ça, mais qui veut la sécurité des revenus. Et ça, c’est sûr que c’est un certain type de propriétaires. C’est un tempérament, et c’est le tempérament qu’on va venir vraiment satisfaire avec la sous-location.

Avec la conciergerie de location saisonnière, c’est un peu différent. En général, ça va être des propriétaires qui sont plus engagés dans la performance financière de leur appartement. C’est des gens qui veulent continuer à avoir un œil sur ça, et qui veulent s’assurer qu’ils ont une rentabilité maximum sur les revenus issus de leur appartement. C’est des gens qui auront encore plus tendance à poser des questions, et ils ont raison, parce qu’ils veulent suivre ce qui se passe sur leur appartement, et qui peuvent placer des attentes, qui peuvent dire, par exemple : « Je ne veux pas que mon appartement se loue en dessous 40 euros. » Donc en fait, en perspective de chef d’entreprise, parce que dans les deux cas, on est chef d’entreprise. Qu’on soit sous loueur, où qu’on soit dirigeant de conciergerie, en perspective-chef d’entreprise, nous avons une relation avec les propriétaires qui est totalement différente. Dans un cas, c’est vrai, dans le cas de la sous-location, vous aurez probablement beaucoup moins de contacts avec les propriétaires. Mais du coup, ils seront aussi, dans votre quotidien, peut-être plus effacés. C’est-à-dire que s’ils reçoivent leur argent tous les mois, ils sont contents, et c’est tout. 

Dans le cadre de la conciergerie, vous avez des propriétaires qui sont peut-être plus présents, avec le côté positif, et le côté parfois moins positif. Le côté positif, c’est qu’ils vont probablement plus fréquemment vous donner un retour sur la bonne performance de ce que vous faites, sur la satisfaction qu’ils ont sur votre travail de location saisonnière précisément, parce qu’ils sont venus là pour ça. Et à l’inverse, ils peuvent aussi parfois, et je ne blâme pas pour ça, mais ça fait partie du jeu, ils peuvent aussi venir apposer des attentes, des contraintes, ou revenir vers vous, parce qu’ils trouvent que le résultat n’est pas au rendez-vous. Donc, ce sont deux populations différentes. À voir selon votre tempérament, et vos attentes, aussi, en tant que chef d’entreprise. 

Maintenant, l’autre aspect, qui est aussi souvent beaucoup débattu et étayé, c’est financièrement. Financièrement, quelle est la différence entre la sous-location et la conciergerie de location saisonnière ? Financièrement, là, il n’y a pas de doute à avoir. Évidemment… évidemment, je ne sais pas pourquoi je dis ça, mais en tout cas, moi, je peux vous parler, en voyant les chiffres, et en ayant un certain nombre d’ordres de grandeur en tête, la sous-location reste beaucoup plus rémunératrice pour vous, en tant que chef d’entreprise que la conciergerie de location saisonnière. Parce que sur la sous-location, vous allez avoir l’ensemble, en fait, du bénéfice qui va tomber entre ce que vous payez à votre propriétaire, et ce qui est issu de l’exploitation en courte durée. Ce qui n’est pas du tout le cas dans le cadre d’une conciergerie de location saisonnière, parce que vous avez, du coup, uniquement un pourcentage en conciergerie de location saisonnière. Maintenant, le sujet des finances est quand même assez important, parce que comme toute chose de la vie, en général, je ne sais pas si vous avez remarqué, plus on prend des risques, plus c’est rémunérateur ; moins on prend de risques, moins c’est rémunérateur. C’est vrai que là, ça se vérifie aussi, puisqu’en fait, en sous-location, c’est très rémunérateur aussi parce qu’on prend des risques. Vraiment, quand on démarre en sous-location, et là, la pandémie peut faire une bonne illustration, c’est-à-dire que si demain, comme le tout premier confinement, on n’a plus le droit de louer, pour les sous-loueurs, financièrement, c’est important d’avoir anticipé ce genre de problème, et d’avoir une trésorerie solide. Les sous-loueurs qui avaient les trésoreries les plus solides ont pu voir passer cette période d’adversité plus facilement que ceux qui n’avaient pas une bonne gestion de leur trésorerie. Parce que si vous n’avez pas la possibilité de louer, en tant que sous-loueur, vous êtes quand même redevable, évidemment, du loyer que vous devez à votre propriétaire. Et donc, en ça, c’est une prise de risque, qui se rémunère, du coup, par le fait que, par contre, par ailleurs, vous gagnez beaucoup plus quand vous exercez et que tout se passe bien. Donc voilà, c’est un peu ça sur la partie financière. Maintenant, la partie conciergerie n’est pas non plus dénuée de risques, puisqu’en tant que conciergerie, si par exemple, il y a confinement et qu’on ne peut plus du tout louer, vous n’allez rien devoir au propriétaire, vous ne devez pas débourser d’argent. En revanche, vous ne gagnez pas d’argent non plus en conciergerie. Donc, le risque est moindre, mais il existe aussi quand même. Donc ça, c’est pour la partie financière. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Maison dhotes comment être rentable ?

Maintenant, il y a la partie du démarrage aussi. Quand on démarre de zéro, on peut se demander aussi : est-ce que ça vaut plus la peine qu’on démarre en sous-location, pour justement tout de suite me faire un peu de trésorerie, ou à l’inverse, de commencer en conciergerie. Ma recommandation sur ça, c’est très probablement de plutôt commencer en conciergerie au tout début. Vraiment, je parle d’un début zéro. Je considère que vous ne partez avec aucun apport, que vous avez zéro euro, vous n’avez aucun appartement, et vous vous dites : « Je vais démarrer. » Dans ces cas-là, la conciergerie va être plus facile. Pourquoi ? Parce qu’en sous-location, le choix des appartements que vous allez faire, il est très probable qu’il se fasse sur la base d’appartements qui sont vides, et qu’il va falloir meubler. Pourquoi ? Parce que c’est justement dans ces scénarios-là que vous gagnez le plus d’argent. Vous pouvez aussi trouver des appartements meublés. Ça existe, ça peut très bien fonctionner, mais selon les zones de France, ce n’est pas forcément facile à trouver, soit parce qu’ils sont plus chers, et auquel cas, financièrement, vous ne vous y retrouvez plus trop, soit parce que dans certaines zones de France, c’est le cas, par exemple, autour de chez moi, à Chauray, il n’y a pas beaucoup d’appartements meublés. Ils sont souvent pris d’assaut, et du coup, c’est pas forcément simple de trouver aussi un meublé de qualité suffisamment bien tenu pour pouvoir en faire de la location saisonnière. J’ai perdu mon latin. Excusez-moi. Qu’est-ce que je voulais vous dire ? J’étais en train de parler de la location saisonnière, du démarrage… ah ça y est. Donc, ça signifie que si vous partez vraiment de zéro, je pense qu’il vaut mieux partir avec la conciergerie. Vous allez facturer en tant que prestation de services, et dans ces cas-là, tout va bien. La sous-location, il faut vraiment se dire qu’il faut partir avec un capital de démarrage. Selon les formateurs — nous on n’est pas formateur en sous-location chez J’affiche Complet — selon les formateurs, on nous donne différents montants de démarrage. Certains vont vous dire 3 000 euros, d’autres 5 000 euros. En tout cas, c’est dans cette zone-là, dans cette fourchette-là, de façon à ce que vous puissiez déjà payer la caution, puisque vous êtes vous-même locataire de l’appartement. Donc il faut payer la caution, parfois un mois d’avance de loyer, et du coup l’ameublement. L’ameublement est soit uniquement partiel, soit totalement inexistant. Donc sur le démarrage, ça, c’est vraiment important d’avoir cet élément-là, en fait, sur la partie financière.

Je suis perturbée, je ne sais pas pourquoi, mais je ne sais plus ce que je voulais vous partager en quatrième point par rapport à ça. Je vais en profiter pour saluer ceux qui sont arrivés. C’est vraiment le direct. 

− Bonjour Pascal. J’espère que tu vas bien. Pascal Charpentier. 

− Bonjour Adri.

− Bonjour Mélanie. Bienvenue Mélanie, qui est souvent avec nous. 

On a aussi beaucoup de monde qui nous a rejoints sur Instagram. 

Donc, pour récapituler sur la partie sous-location et conciergerie de location saisonnière, la sous-location est plus rémunératrice, mais vous avez plus de risques, et le démarrage nécessite un capital. Maintenant, c’est vrai qu’à terme, avec une activité qui est pérenne, vous pouvez tout à fait, et c’est le cas de beaucoup de nos clients, avoir, en fait, une structure hybride. Et je trouve que c’est l’enseignement, à mon sens, que je voulais vous transmettre aujourd’hui. C’est que oui, au début, il faut peut-être avoir les reins un tout petit peu plus solides pour absorber de la sous-location. Il faut garder en tête d’avoir une excellente gestion de votre trésorerie pour pouvoir faire face aux différents imprévus qu’on peut avoir, toujours en sous-location saisonnière, ça fait partie du job : pandémie, neige, gilet jaune, et autres choses inattendues. 

Mais à un moment donné, il y a beaucoup de dirigeants de sociétés qui choisissent d’avoir un modèle hybride avec les deux : la conciergerie et la sous-location. Pour la simple et bonne raison que parfois, quand vous démarchez, et j’ai retrouvé mon dernier point, c’était la partie prospection. Quand vous prospectez, vous pouvez, en fait, avoir à faire à des propriétaires, qui, selon leurs besoins, vont être plus ou moins sensibles à l’un ou l’autre des modèles. Et en fait, le fait d’avoir les deux cordes à votre arc, de pouvoir proposer l’un ou l’autre selon la personnalité que vous voyez de la personne en face, ça va vous permettre d’augmenter vos chances de pouvoir travailler avec cette personne, et d’avoir un appartement nouveau dans votre patrimoine. 

Donc si je reviens sur mon dernier point, dernier point que je voulais partager sur la partie prospection commerciale, il est vrai qu’il y a aussi une grosse différence sur les deux aspects. La conciergerie de location saisonnière est un modèle beaucoup plus connu aujourd’hui, il faut se le dire. Vous allez avoir beaucoup de personnes qui vont tout de suite comprendre ce que vous faites, ce qui n’est pas le cas de la sous-location professionnelle. Il y a, malgré tout, énormément d’arguments en faveur du propriétaire sur le fait de souscrire à un modèle comme ça, de la sous-location professionnelle. D’ailleurs, par rapport à ça, n’hésitez pas à aller voir l’interview que j’ai faite avec Nicolas Fatou d’automatique bnb, qui nous donne toute une liste à un moment donné. C’est hyper intéressant. On a eu plein de commentaires positifs, d’ailleurs, sur cette vidéo-là, sur YouTube. Donc, n’hésitez pas à vous y référer. Donc un peu plus d’énergie, on va dire, à donner sur le fait de convaincre un propriétaire sur la sous-location, parce que c’est moins connu. Vous allez avoir à faire à des gens qui vont vous regarder de travers, parce qu’ils vont trouver ça bizarre, et ils vont se dire : « la sous-location, ce n’est pas légal. » Mais si vous persévérez, il y a beaucoup de choses positives à la clé, et vous pouvez convaincre, parce qu’il y a de vrais bénéfices pour le propriétaire. 

Voilà pour les différents arguments dans un sens ou dans l’autre sur la sous-location et la conciergerie. N’hésitez pas à me poser vos questions si vous en avez sur l’un ou l’autre des scénarios. Est-ce que vous avez, déjà, vous-même, pensé à faire un peu des deux ? D’ailleurs, vous pouvez parfois commencer par la sous-location et adopter un service de conciergerie, puisque de toute façon, vous avez l’équipe, vous avez tout ce qui est nécessaire pour faire le job correctement. Donc c’est sûr que très rapidement, en fait, les deux deviennent très liés, et ça permet d’étoffer son offre, en fait. 

− Charles me dit : « Bonjour Élise ». Bonjour Charles. Bienvenue. J’espère que tu vas bien. 

Je n’ai pas beaucoup de questions aujourd’hui. Si vous avez trouvé ça super clair, c’est génial. Il y a plein de gens qui nous ont rejoints sur Instagram.

− Bonjour à tous. 

− Bonjour Nanah Ptite Lol. 

− Bonjour Jean-Daniel. 

− Bonjour Jean-Samuel. 

− Bonjour Guillaume.

− Bonjour, Laura, j’espère que tu vas bien.  

Linda est avec nous. 

− Bienvenue Linda. 

Je ne vois pas de question pour aujourd’hui. Est-ce que c’est parce que j’étais méga clair, et que vous avez trouvé ça limpide comme de l’eau de roche ? Peut-être. 

Juste un dernier point à partager avec vous, c’est que je fais des Lives…

− Mélanie me dit : « Ça me demande de la réflexion. » 

Oui. C’est vrai que ça peut demander de la réflexion. Ça peut, en effet, ne serait-ce que pour se dire : « C’est une nouvelle perspective aussi pour mon activité. » Et d’ailleurs, même si vous faites ça en tant que particulier, ça peut ouvrir une perspective. 

− Christian me dit : « Comment convaincre un city manager lorsqu’on est en conciergerie ? Car souvent, ils ont eux-mêmes des conciergeries. » 

La question du city manager, c’est une vraie question, c’est vrai. Pour ceux qui ne connaitraient pas, quand on commence à être gestionnaire de biens en courte durée pour des propriétaires, que ce soit de la sous-location ou la conciergerie, à un moment donné, en tant que chef d’entreprise, on arrive à un stade où on est totalement noyé. C’est humain, c’est normal. Ce n’est pas que vous êtes défaillant, c’est juste qu’en fait, la charge de travail est trop importante pour juste une personne. Et dans ces cas-là, on peut avoir envie de recruter quelqu’un qui va être notre interlocuteur sur place, sur le terrain, qui va s’occuper de s’assurer que le ménage est fait, que les équipes de ménage sont en place, que la formation des équipes de ménage est réalisée, que l’on fait les arrivées et les départs nous-mêmes, ou alors, en cas de défaillance, avec un système de clé, qu’on est en capacité d’accueillir les voyageurs, et qu’en cas de problème, tout est fluide en fait avec le plombier qui va passer, etc. Donc, c’est la personne qui va « vous soulager » ou être votre bras droit sur la partie terrain, de façon à ce que vous, vous puissiez vous focaliser où vous recentrer sur la partie commercialisation en ligne : gérer les annonces, s’assurer que les performances de ventes sont bonnes, que le chiffre d’affaires est au rendez-vous, que les prix sont bien positionnés, etc. Donc, recruter un city manager, ça peut être difficile quand on se dit qu’on n’a pas la possibilité de proposer un quasi-temps complet à la personne qu’on souhaiterait recruter. Pour convaincre, à mon avis, quand on cherche à recruter quelqu’un en temps partiel, parce qu’en temps complet, c’est plus facile, on fait un recrutement classique et voilà. En temps partiel, pour convaincre un dirigeant de conciergerie de vous sous-traiter la partie purement opérationnelle terrain, à mon avis, il faut être très rémunérateur. Parce que le dirigeant de conciergerie, ça dépend de la conciergerie, mais en effet, le dirigeant de conciergerie, il connaît le job comme vous. Il sait que c’est une partie qui est quand même assez chronophage, assez difficile, donc à mon avis, une astuce, ça peut être de lui dire : « Moi, j’ai ça sur lequel je souhaiterais être épaulé. Combien vous pensez être fair-play pour ce travail-là, en termes de rémunération ? » Et en fait, vous allez permettre aux gens de parler. Si vous voyez que la personne, en fait, elle n’a pas du tout envie, c’est-à-dire, vraiment, ce n’est pas du tout son truc, ça ne sert à rien de passer du temps sur ça. Mais si vous voyez que la personne, elle peut être motivée pour vous épauler sur ça, ne serait-ce que temporairement, le temps que vous ayez plus d’appartements, et que vous puissiez, du coup, trouver quelqu’un à embaucher en temps complet, dans ces cas-là, peut-être qu’il faille renoncer, en fait, à une part de votre rentabilité, encore une fois, peut-être temporairement, pour vous permettre de vous appuyer sur ça pour avoir de nouveaux appartements ou d’étoffer vos méthodologies et votre automatisation sur d’autres aspects, et renoncer à une part de la rentabilité pour avoir un vrai support, et que ce soit un tremplin pour votre développement. Donc, je pense que ça, c’est important. Maintenant, il ne faut pas non plus oublier que vous pouvez prendre quelqu’un de zéro, entre guillemets. Quelqu’un qui n’est pas du tout dans le domaine de la conciergerie. Un étudiant, par exemple, qui a vraiment besoin de travailler. Un étudiant qui est en fac, qui a 20 heures de cours par semaine, peut totalement, par ailleurs, prendre en charge un certain nombre de tâches, être ultra motivé, très dynamique, et avoir vraiment besoin de gagner sa vie, donc avec cette envie de bosser. Vous formez la personne, et la personne peut totalement prendre en charge cette partie-là. C’est vrai qu’un étudiant peut se dire : « C’est temporaire », mais les études peuvent durer un certain temps quand même. Et ça vous permet d’avoir un support de quelqu’un qui va vraiment être au rendez-vous. Vous lui proposez de créer son entreprise, sa microentreprise, et auquel cas, c’est très réaliste. Donc voilà pour répondre à ta question. J’espère que ça pourra t’aider Christian. 

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les programmes booking : arnaques ou boosters ?

− Charles me dit : « Comment souscrire à vos services ? » 

Comment souscrire à nos services ? Si vous êtes aujourd’hui une conciergerie ou un sous-loueur professionnel, je crois, Charles, que vous avez pris rendez-vous avec moi, si mes souvenirs sont bons. Comment être épaulé par J’affiche Complet. Chez J’affiche Complet, on va intégrer l’équipe du dirigeant de la sous-location ou du dirigeant de la conciergerie. Dans ces cas-là, nous, on va simplement commencer par auditer les villes dans lesquelles vous êtes présents, et l’historique des biens que vous avez à votre charge pour vous proposer un plan d’action, et une stratégie de tarification, et tous les leviers d’optimisation afférents, une stratégie pour un an. On vous présente tout ça : l’audit des villes, des apparts, la stratégie. Vous nous dites : « Ok, pas OK ». Vous nous faites des corrections, et après, c’est là que va démarrer notre service, où toutes les semaines, on va aller étudier la performance des biens. Il y a un revenu manager dans mon équipe qui est attitrée pour votre société, et on vous envoie un rapport détaillé avec la performance des appartements, notre analyse des risques, des opportunités, et les actions qu’on recommande de mettre en place pour continuer à augmenter le chiffre d’affaires des appartements. Donc ça, c’est notre travail. On est en contact permanent avec nos clients. On rejoint vraiment l’équipe du dirigeant de la société. Pour souscrire à nos services, il faut prendre rendez-vous avec moi, pour qu’on puisse en parler, pour que je m’assure que ce qu’on fait, ça va vraiment vous aider, que vous êtes au bon moment, aussi, pour nous permettre de rejoindre votre équipe. Donc je vais mettre le lien. En fait, je vais mettre le lien pour prendre rendez-vous avec moi. Vous allez voir, il y a plusieurs possibilités, et on parle de votre projet ou de votre société avec grand plaisir. Moi, je recommande d’avoir au moins quatre biens, mais on peut aller jusqu’à 150 – 200 biens sans problème. Donc voilà. Donc, il faut que je pense à mettre le lien en dessous. 

− Christian me dit : « une collaboration entre 5 et 10 % du CA, est-ce correct ? 

Du coup, là, on revient sur la question du city manager. C’est impossible de te répondre par rapport à ça. Ça va dépendre vraiment de chacun. Je pense qu’il n’y a aucune vérité absolue. En revanche, le fait que tu proposes quelque chose en pourcentage me semble vraiment fair-play, parce que ça permet de motiver, évidemment la personne au bon fonctionnement, au fait d’avoir de bonnes notes, et que du coup, le chiffre d’affaires soit au rendez-vous. Donc ça, je trouve ça plutôt fair-play. Maintenant, le pourcentage, à mon avis, ça dépend de chacun. Petit rappel : dans une négociation commerciale, le premier qui donne un prix est toujours celui qui perd. Ce qui signifie que si vous êtes dans cette posture d’avoir trouvé un potentiel city manager, que vous lui demandez quelles sont vos attentes, globalement, il vaut mieux que vous fassiez en sorte de faire demander un prix à la personne en face, plutôt que vous-même donner un prix en premier. Voilà la petite astuce de négociation à faire. 

− Mélanie me dit : “Hors sujet : merci pour le précédent Live. Ce sera ma prochaine communication.”

Top. Je t’en prie. Génial. Je suis toujours contente de lire que les Lives vous aident, et que ça vous permet d’avoir des idées, de penser à de nouvelles choses. Franchement, c’est une vraie motivation pour moi, parce que je pense que vous l’imaginez bien, faire des Lives par semaine est un engagement en temps qui assez conséquent pour moi. Mais je crois vraiment aux bénéfices d’être ensemble, de vous parler de tous ces sujets-là, et qu’on puisse se retrouver. Donc merci Mélanie, de dire ça. Franchement, c’est un vrai moteur, clairement. 

− Christian me dit : “Oui, merci.”

Super, donc ma réponse sur le city manager, ça t’a aidé. 

− “Pour un Channel manager, conseilles-tu Beds24 ou SuperHote ?”

J’ai beaucoup échangé avec Mathieu de SuperHote sur la partie revenue management sur le Channel manager. Moi je vais parler uniquement de la partie revenue management, donc tarification, optimisation du chiffre d’affaires. J’ai fait un certain nombre de retours à Mathieu sur des éléments, des blocs qui pouvaient être intéressants à rajouter sur le Channel manager. Je crois qu’à ce stade, ce ne sont pas des choses qui ont pu être mises en place, mais je ne doute pas que c’est quelque chose qui pourra être mis en place prochainement. Donc pour l’instant, il y a juste quelques petites choses que je trouve dommage de ne pas avoir actuellement dans SuperHote. Mais Mathieu est dessus, et ce sera très probablement rapidement mis en place. Pour l’instant, ce sont des choses qu’on trouve de façon exhaustive dans Beds24. 

Voilà pour les questions. Et bien, écoutez, je crois que j’ai répondu à toutes les questions. Je vous remercie d’avoir été avec moi encore une fois aujourd’hui pour ce Live. J’espère que ça pourra vous aider. Moi, je vous dis, pour se retrouver, n’hésitez pas à vous abonner à la chaîne YouTube avec la petite cloche, parce que ça alerte quand tu arrives en live. Donc, c’est toujours sympa. J’apprécie vraiment de pouvoir être avec vous, donc merci encore de prendre le temps de me rejoindre le mardi et le jeudi à midi. Je vais publier, dimanche, une autre vidéo, qui est une vidéo enregistrée on va dire. C’est un magnéto d’une interview avec un partenaire ou un client. Donc, n’hésitez pas à me retrouver aussi dimanche sur la chaîne YouTube, probablement dimanche soir, dans ce réseau-là. Parfois, j’ai un peu de retard. Parfois, c’est le début de l’après-midi, parfois c’est le soir. Mais en tout cas, dimanche, il y aura une nouvelle vidéo publiée sur la chaîne. Et puis si vous souhaitez recevoir le bonus des six erreurs à ne pas faire quand vous faites vos prix pour votre location saisonnière, et bien rejoignez notre groupe Facebook. Dès que notre inscription est validée, on reçoit par mail ce bonus, qui, je ne doute pas, pourra continuer à vous aider. Voilà. Je vous souhaite une très bonne journée, par avance un très bon week-end, et je vous dis à mardi prochain à midi en Live de nouveau. Voilà, très bonne journée. 

Partagez l'article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.